Le ministère de l’Énergie et des Infrastructures des Émirats arabes unis choisit la technologie Siemens pour alimenter le corridor de recharge des véhicules électriques du pays

-Siemens fournira des bornes de recharge ultra-rapides sur les autoroutes reliant les sept émirats
-Le ministère et Siemens ont signé un protocole d’accord (MOU) en octobre 2021 pour travailler ensemble sur des initiatives de durabilité et de numérisation dans les secteurs de l’énergie et des infrastructures
-Le corridor de recharge pour véhicules électriques est le premier projet à être livré dans le cadre du protocole d’entente


Le ministère de l’Énergie et de l’Infrastructure des Émirats arabes unis a sélectionné la technologie Siemens pour un réseau national de chargeurs de véhicules électriques ultra-rapides (VE) qui contribuera à réduire les émissions de carbone, à stimuler l’adoption des VE en s’attaquant à la soi-disant anxiété d’autonomie et à jeter les bases pour un système de transport plus connecté et durable.


Dix chargeurs ultra-rapides Siemens Sicharge D 160 kW seront installés sur les autoroutes de Ras Al Khaimah, Ajman, Umm Al Quwain et Fujairah. Pour répondre aux demandes changeantes du marché, les chargeurs ont une puissance évolutive jusqu’à 300 kW et peuvent être étendus avec des distributeurs externes supplémentaires pour jusqu’à deux câbles de charge supplémentaires. Tous sont des appareils connectés au cloud qui permettent aux opérateurs de surveiller et de gérer les chargeurs à distance.


« Les Émirats arabes unis sont déterminés et travaillent avec confiance pour réduire l’empreinte carbone à l’échelle nationale, en travaillant du côté de la demande, de l’offre et en travaillant sur nos différentes énergies et technologies futures pour réduire notre empreinte carbone », a déclaré Sharif Salim Al Olama, Under- Secrétaire du Ministère de l’Energie et de l’Industrie. « Les véhicules électriques font partie intégrante de cet effort, et fournir ce corridor EV rapide, efficace et pratique est une étape cruciale dans la transition énergétique. »


Siemens fournira l’équipement de l’infrastructure de recharge, le logiciel de contrôle et de surveillance, ainsi que la formation et l’assistance à la mise en service du nouveau réseau. Le système de commande et de contrôle permet une surveillance et un contrôle complets de toutes les unités et constitue la base de la prochaine phase du projet, qui consiste à créer une application permettant aux conducteurs d’accéder et de réserver des chargeurs.


« Nous sommes fiers de soutenir le programme de développement durable aux Émirats arabes unis avec notre solution de recharge pour véhicules électriques », a déclaré Birgit Dargel, vice-présidente des ventes eMobility chez Siemens Smart Infrastructure. « Ce projet aux Émirats arabes unis poursuit la réussite de notre chargeur rapide public Sicharge D. Avec une efficacité maximale de 96 %, il s’agit de l’un des chargeurs CC haute puissance les plus efficaces actuellement disponibles. Sa capacité de communication avec le cloud offre aux opérateurs des informations en temps réel et une flexibilité pour gérer leur réseau de recharge. Son écran tactile intuitif et réglable en hauteur de 24 pouces ainsi que son apparence élégante garantissent une expérience utilisateur exceptionnelle.


Le ministère de l’Énergie et des Infrastructures et Siemens ont signé un protocole d’accord en octobre 2021 pour établir un partenariat à long terme qui contribuera aux objectifs de durabilité et de numérisation du ministère. Outre le transport, les discussions portent sur les technologies de construction intelligente, la gestion de l’énergie des micro-réseaux et de l’industrie et les sous-stations intelligentes en périphérie du réseau. Le corridor national de recharge pour véhicules électriques est le premier projet qui sera réalisé dans le cadre du protocole d’entente.


Pour plus d’informations sur Siemens Smart Infrastructure, voir
www.siemens.com/smartinfrastructure

( Image du communiqué de presse : https://photos.webwire.com/prmedia/6/290357/290357-1.jpg )

WebWireID290357

Ce contenu d’actualité a été configuré par la rédaction de WebWire. La mise en relation est autorisée.

Services de distribution de communiqués de presse et de distribution de communiqués de presse fournis par WebWire.

Siemens : le ministère de l’Énergie et des Infrastructures des Émirats arabes unis sélectionne la technologie Siemens pour alimenter le corridor de recharge des véhicules électriques du pays







Presse

Erlangen (Allemagne), 10 juin 2022

Le ministère de l’Énergie et des Infrastructures des Émirats arabes unis choisit la technologie Siemens pour alimenter le corridor de recharge des véhicules électriques du pays

  • Siemens fournira bornes de recharge ultra-rapides sur les autoroutes reliant les sept émirats
  • Le ministère et Siemens ont signé un protocole d’accord en octobre 2021 pour travailler ensemble sur des initiatives de durabilité et de numérisation dans les secteurs de l’énergie et des infrastructures
  • Le corridor de recharge pour véhicules électriques est le premier projet à être livré dans le cadre du protocole d’entente

Le ministère de l’Énergie et de l’Infrastructure des Émirats arabes unis a sélectionné la technologie Siemens pour un réseau national de chargeurs de véhicules électriques ultra-rapides (VE) qui contribuera à réduire les émissions de carbone, à stimuler l’adoption des VE en s’attaquant à la soi-disant anxiété d’autonomie et à jeter les bases pour un système de transport plus connecté et durable.

Dix chargeurs ultra-rapides Siemens Sicharge D 160 kW seront installés sur les autoroutes de Ras Al Khaimah, Ajman, Umm Al Quwain et Fujairah. Pour répondre aux demandes changeantes du marché, les chargeurs ont une puissance évolutive jusqu’à 300 kW et peuvent être étendus avec des distributeurs externes supplémentaires pour jusqu’à deux câbles de charge supplémentaires. Tous sont des appareils connectés au cloud qui permettent aux opérateurs de surveiller et de gérer les chargeurs à distance.

« Les Émirats arabes unis sont déterminés et travaillent avec confiance pour réduire l’empreinte carbone à l’échelle nationale, en travaillant du côté de la demande, du côté de l’offre et en travaillant sur nos différentes énergies et technologies futures pour réduire notre empreinte carbone », a déclaré Sharif Salim Al Olama, Under- Secrétaire du Ministère de l’Energie et de l’Industrie.

Siemens SA

Werner-von-Siemens-Straße 1

Communication

80333 Munich

Responsable : Lynette Jackson

Allemagne

Numéro de référence : HQSIPR202203116412EN

Page 1/3

« Les véhicules électriques font partie intégrante de cet effort, et fournir ce corridor EV rapide, efficace et pratique est une étape cruciale dans la transition énergétique. »

Siemens fournira l’équipement de l’infrastructure de recharge, le logiciel de contrôle et de surveillance, ainsi que la formation et l’assistance à la mise en service du nouveau réseau. Le système de commande et de contrôle permet une surveillance et un contrôle complets de toutes les unités et constitue la base de la prochaine phase du projet, qui consiste à créer une application permettant aux conducteurs d’accéder et de réserver des chargeurs.

« Nous sommes fiers de soutenir le programme de développement durable aux Émirats arabes unis avec notre solution de recharge pour véhicules électriques », a déclaré Birgit Dargel, vice-présidente des ventes eMobility chez Siemens Smart Infrastructure. « Ce projet aux Émirats arabes unis poursuit la réussite de notre chargeur rapide public Sicharge D. Avec une efficacité maximale de 96 %, il s’agit de l’un des chargeurs CC haute puissance les plus efficaces actuellement disponibles. Sa capacité de communication avec le cloud offre aux opérateurs informations en temps réel et flexibilité pour gérer leur réseau de recharge. Son écran tactile 24″ intuitif et réglable en hauteur ainsi que son apparence élégante garantissent une expérience utilisateur exceptionnelle. »

Le ministère de l’Énergie et des Infrastructures et Siemens ont signé un protocole d’accord en octobre 2021 pour établir un partenariat à long terme qui contribuera aux objectifs de durabilité et de numérisation du ministère. Outre le transport, les discussions portent sur les technologies de construction intelligente, la gestion de l’énergie des micro-réseaux et de l’industrie et les sous-stations intelligentes en périphérie du réseau. Le corridor de recharge national pour véhicules électriques est le premier projet qui sera réalisé dans le cadre du protocole d’entente.

Ce communiqué de presse et une photo de presse sont disponibles sur https://sie.ag/3uMq4Tl

Pour plus d’informations sur Siemens Smart Infrastructure, voir

www.siemens.com/smartinfrastructure

Pour plus d’informations sur Sicharge D, veuillez consulter https://www.siemens.com/SichargeD

Numéro de référence : HQSIPR202203116412EN

Page 2/3

Contact pour les journalistes

Siemens SA

Christian S.Wilson

Téléphone : +49 172 138 5608 ; E-mail: christian_stuart.wilson@siemens.com

Rejoignez notre Siemens Smart Infrastructure – Global Media Community sur LinkedIn : https://www.linkedin.com/groups/8871338/

Suivez-nous sur Twitter à : www.twitter.com/siemens_press

Infrastructure intelligente Siemens (SI) façonne le marché des infrastructures intelligentes et adaptatives d’aujourd’hui et de demain. Il répond aux défis urgents de l’urbanisation et du changement climatique en connectant les systèmes énergétiques, les bâtiments et les industries. SI fournit à ses clients un portefeuille complet de bout en bout à partir d’une source unique – avec des produits, des systèmes, des solutions et des services depuis le point de production d’électricité jusqu’à la consommation. Avec un écosystème de plus en plus digitalisé, elle aide les clients à prospérer et les communautés à progresser tout en contribuant à la protection de la planète. Siemens Smart Infrastructure a son siège mondial à Zoug, en Suisse. Au 30 septembre 2021, l’entreprise comptait environ 70 400 employés dans le monde.

Siemens SA (Berlin et Munich) est une entreprise technologique axée sur l’industrie, les infrastructures, les transports et la santé. Qu’il s’agisse d’usines plus économes en ressources, de chaînes d’approvisionnement résilientes, de bâtiments et de réseaux plus intelligents, de transports plus propres et plus confortables ainsi que de soins de santé de pointe, l’entreprise crée une technologie dans le but d’ajouter une valeur réelle aux clients. En combinant les mondes réel et numérique, Siemens permet à ses clients de transformer leurs industries et leurs marchés, en les aidant à transformer le quotidien de milliards de personnes. Siemens détient également une participation majoritaire dans la société cotée en bourse Siemens Healthineers, un leader mondial des technologies médicales qui façonne l’avenir des soins de santé. En outre, Siemens détient une participation minoritaire dans

Siemens Energy, leader mondial du transport et de la production d’électricité.

Au cours de l’exercice 2021, clos le 30 septembre 2021, le groupe Siemens a généré un chiffre d’affaires de 62,3 milliards d’euros et un résultat net de 6,7 milliards d’euros. Au 30 septembre 2021, l’entreprise comptait environ 303 000 employés dans le monde. De plus amples informations sont disponibles sur Internet à l’adresse www.siemens.com.

Numéro de référence : HQSIPR202203116412EN

Page 3/3

Clause de non-responsabilité

Siemens SA publié ce contenu sur 10 juin 2022 et est seul responsable des informations qui y sont contenues. Distribué par Public, non édité et non modifié, sur 10 juin 2022 09:31:09 UTC.

Publiquemaintenant 2022

Toutes les actualités de SIEMENS AG

Recommandations des analystes sur SIEMENS AG

Ventes 2022 69 063 M
74 158 M
74 158 M
Résultat net 2022 6 951 millions
7 464 millions
7 464 millions
Dette nette 2022 36 464 millions
39 154 M
39 154 M
Ratio PER 2022 14,6x
Rendement 2022 3,44%
Capitalisation 97 118 M
104B
104B
VE / Ventes 2022 1,93x
VE / Ventes 2023 1,79x
Nbre d’employés 303 000
Flottant 88,4%


Durée :

Période :




Tableau d'analyse technique Siemens AG |  MarketScreener

Tendances de l’analyse technique SIEMENS AG

Court terme Moyen terme Long terme
Les tendances Haussier Baissier Neutre



Évolution du compte de résultat

Vendre

Acheter

Consensus moyen ACHETER
Nombre d’analystes 24
Dernier cours de clôture 121,68 €
Prix ​​cible moyen 165,33 €
Spread / Cible moyenne 35,9%


Trois initiatives honorées pour s’attaquer à la crise de l’abordabilité du logement au pays

Newswise – Aujourd’hui, Ivory Innovations a annoncé les trois lauréats du quatrième prix annuel d’Ivoire pour l’abordabilité du logement pour leurs efforts pour lutter contre la crise de l’abordabilité du logement dans le pays. Un total de 240 000 $ a été attribué à Build UP, Volumetric Building Companies et Blackstar Stability. Les gagnants ont été sélectionnés parmi un groupe exceptionnel de dix finalistes qui représentent un nombre croissant d’initiatives, de solutions politiques et d’entreprises cherchant à rendre le logement plus abordable et accessible.

« Les deux dernières années ont pris ce qui était déjà un problème d’abordabilité du logement et l’ont poussé dans une crise à part entière », a déclaré Clark Ivory, PDG d’Ivory Homes et fondateur du Prix Ivory pour l’abordabilité du logement. « C’est incroyable de voir les progrès de beaucoup de membres de la communauté Ivory Innovations et nous sommes ravis d’ajouter quelques efforts exceptionnels supplémentaires à ce groupe avec Build UP, Volumetric Building Companies et Blackstar Stability. »

Les lauréats de cette année ont été reconnus lors d’un événement Livestream organisé par Ivory Innovations et seront présentés cet automne à l’Urban Institute pour un événement conjoint axé sur les solutions aux problèmes de logement de notre pays.

Reconstruire la classe moyenne minoritaire avec Build UP | Birmingham, AL, États-Unis

S’accumuler, le lauréat de la catégorie Politique publique et réforme de la réglementation de cette année, redéfinit ce qu’est le logement abordable en adoptant une approche à long terme pour reconstruire et posséder au sein d’une communauté. Build UP est le premier groupe en Alabama à mettre en œuvre un programme conçu par le Home Builders Institute, un autre finaliste du Top 25. Ce modèle, à l’intersection d’une éducation de haute qualité, du développement de la main-d’œuvre et de la revitalisation communautaire, se traduit par un accès à la propriété digne et abordable et la rétention des talents et de la richesse, qui engendrent des expériences stables à la maison et à l’école pour les générations à venir.

« Les communautés à travers le pays en savent beaucoup sur ce qui ne fonctionne pas en termes de stabilisation des quartiers et de lutte contre la pauvreté intergénérationnelle, mais sans un accent unifié sur la perturbation du statu quo dans le logement abordable, il est peu probable que nous trouvions, encore moins à grande échelle, des solutions dignes. », a déclaré Mark Martin – Fondateur et PDG. « Build UP opère dans deux espaces, l’éducation et le logement, qui souvent ne peuvent pas sortir de leur propre chemin. Nous sommes reconnaissants à Ivory Innovations d’avoir mis en lumière notre travail et celui d’organisations avant-gardistes similaires à travers le pays.

Build UP offre un modèle convaincant pour trouver une solution axée sur la résolution du problème de main-d’œuvre auquel notre pays est actuellement confronté. Build UP est l’une des solutions les plus complètes qu’Ivory Innovations a examinées et a un énorme potentiel d’extension à travers le pays.

Apprenez-en plus sur les efforts de Build Up avec cette courte vidéo.

Stabiliser les familles et les communautés avec Blackstar Stability | Washington DC, États-Unis

Blackstar Stability, lauréat de la catégorie Finance de cette année, étend la propriété équitable de maisons unifamiliales abordables en s’attaquant aux pratiques de prêt prédatrices et en restructurant les produits de financement immobilier alternatifs. Il travaille avec des familles qui détiennent des contrats fonciers et des formes similaires de financement du vendeur pour refinancer leurs maisons avec des hypothèques traditionnelles, améliorer leurs propriétés et réduire les coûts.

« L’accession à la propriété reste la clé de voûte de la création de richesse pour la plupart des familles américaines. Pourtant, l’écart d’accession à la propriété est plus large qu’il ne l’a été depuis plus de 100 ans et nous sommes toujours confrontés à bon nombre des mêmes pratiques de prêt prédatrices qui ont persisté au cours de ce siècle », a déclaré John Green, directeur général de Blackstar Stability.« Nous avons besoin de solutions innovantes, et nous sommes ravis que des organisations comme Ivory Innovations relèvent ce défi. Étendre l’accès aux prêts hypothécaires aux emprunteurs à faible solde pour résoudre ce problème nécessite une nouvelle approche.

Blackstar Stability a mis en lumière la question des contrats d’actes et d’autres options de financement alternatives qui ne font généralement pas partie de la conversation sur l’abordabilité du logement, mais qui ont des impacts négatifs systémiques et durables sur des milliers de familles. L’approche axée sur le marché de Blackstar Stability, qui prend déjà de l’ampleur, a été extrêmement impressionnante pour l’équipe et le groupe consultatif d’Ivory Innovations.

Apprenez-en plus sur les efforts de Blackstar Stability avec cette courte vidéo.

Une approche clé en main pour l’habitation modulaire – Entreprises de construction volumétrique | Philadelphie, Pennsylvanie, États-Unis

Volumetric Building Companies, lauréat de cette année dans la catégorie Construction et conception, est un leader mondial de la construction modulaire volumétrique intégré verticalement, dont le siège est à Philadelphie, en Pennsylvanie, et qui exerce ses activités aux États-Unis et en Europe. La société se concentre sur la construction de l’avenir en fournissant des bâtiments de haute qualité et produits de manière durable en moins de temps dans divers secteurs du marché en utilisant son modèle de conception et d’ingénierie basé sur la technologie, ses capacités de fabrication axées sur la précision et son expertise en construction modulaire éprouvée.

« La crise du logement affecte de nombreuses communautés aux États-Unis et dans le monde. Des logements abordables pour les plus vulnérables d’entre nous aux logements du marché intermédiaire, le manque d’inventaire empêche beaucoup d’accéder à un logement de qualité et aux avantages de l’accession à la propriété », a déclaré Vaughan Buckley, fondateur et PDG de VBC. « Nous sommes honorés d’avoir été reconnus pour notre travail dans cet espace par Ivory Innovations, de reconnaître la quantité d’efforts nécessaires pour résoudre ces problèmes imminents et de reconnaître notre volonté d’aider à défendre cette tâche massive sur une plate-forme mondiale. »

Après plusieurs années de gagnants de la construction modulaire et hors site, Volumetric Building Companies démontre la maturité et l’impact croissants de cette approche innovante de la construction et de la conception. Les entreprises de construction volumétriques ont présenté la nature additive d’une approche verticalement intégrée à ce qui est actuellement une industrie fragmentée.

Apprenez-en plus sur les efforts des entreprises de construction volumétrique avec cette courte vidéo.

Maintenant dans sa quatrième année, Ivory Innovations a évalué plus de 600 approches innovantes de l’abordabilité du logement dans les domaines de la construction et de la conception, des finances, des politiques publiques et de la réforme réglementaire.

« Nous nous engageons à développer et à soutenir autant que possible cet écosystème de solutionneurs de problèmes », a déclaré Abby Ivory, directrice d’Ivory Innovations. « La classe de candidats, finalistes et gagnants de cette année montre que l’élan derrière les solutions pour l’abordabilité du logement se construit et se développe – et nous sommes ravis de les aider de toutes les manières possibles.

Au cours de cette période, onze gagnants ont reçu plus de 650 000 $ en prix. En plus du soutien financier, Ivory Innovations met en relation ses finalistes et gagnants avec des praticiens de premier plan, des partenaires capitaux, des étudiants stagiaires et des services de conseil ou de renforcement des capacités pro bono. De plus, Ivory Innovations s’associe au Terner Housing Lab pour envoyer un participant de premier plan dans son programme d’accélération.

En plus du prix Ivory pour l’abordabilité du logement, Ivory Innovations place les étudiants au centre de ses efforts, à travers Hack-A-House – un concours entrepreneurial annuel – ainsi que des bourses, un cours sur les innovations dans le logement et des stages qui permettent aux étudiants être au centre de la recherche du Prix d’Ivoire.

À propos d’Ivoire Innovations : Ivory Innovations est une organisation à but non lucratif dédiée à catalyser l’innovation dans l’abordabilité du logement. Ivory Innovations promeut les idées les plus convaincantes en réunissant des experts de l’industrie, en inspirant les étudiants à s’attaquer aux problèmes de logement, en recherchant et en soutenant les meilleurs entrepreneurs du logement innovants et en mettant ces innovations en pratique. Pour plus d’informations sur le Prix Ivory et Ivory Innovations, visitez www.ivory-innovations.org.

Implications de l’évaluation de la conformité à distance pour les pays en développement

Le Forum économique mondial accueille aujourd’hui 100 entreprises technologiques innovantes dans sa communauté Technology Pioneers. Pleine d’entreprises technologiques jeunes et en croissance, la cohorte 2022 ouvre de nouvelles voies dans les soins de santé, la production alimentaire et plus encore avec des technologies de pointe.

L’apport de cette année comprend Emerge, qui améliore les interactions virtuelles grâce au développement d’un appareil avec des effets tactiles pour les utilisateurs lors de rassemblements virtuels. Ampd Energy remodèle l’industrie de la construction en pionnière dans les systèmes de stockage d’énergie par batterie, et Alife soutient les progrès de la santé en utilisant l’intelligence artificielle pour améliorer le taux de réussite de la FIV.

« La cohorte 2022 des pionniers de la technologie apporte déjà de grands changements aux industries du monde entier », a déclaré Saemoon Yoon, responsable de la communauté des pionniers de la technologie, Forum économique mondial. « En rejoignant cette communauté, ces leaders technologiques émergents peuvent continuer à montrer non seulement les progrès technologiques impressionnants au sein de leurs entreprises, mais aussi comment leurs entreprises contribuent à construire un avenir meilleur pour nous tous. »

Pour la première fois, plus d’un tiers des entreprises sélectionnées sont dirigées par des femmes, bien au-dessus de la moyenne du secteur. Avec 2022 Tech Pioneers basés dans 30 pays – avec le Viet Nam, le Rwanda et la République tchèque représentés pour la première fois – la cohorte de cette année façonne les industries du monde entier.

Au Mexique, par exemple, microTERRA construit des systèmes de traitement de l’eau sur site avec des microalgues qui transforment les eaux usées en une source de protéines durable et en eau propre. La mission luxembourgeoise Mission Space développe un système de renseignement météorologique spatial par satellite. Aux États-Unis, Bonumose transforme les systèmes alimentaires mondiaux avec sa technologie pour soutenir la production abordable de sucres alternatifs sains tels que le tagatose et l’allulose.

Suite à leur sélection en tant que Pionniers de la technologie, les entreprises de cette année rejoindront un groupe impressionnant d’anciens élèves comprenant de nombreux noms connus, tels qu’Airbnb, Google, Kickstarter, Mozilla, Spotify, TransferWise, Twitter et Wikimedia.

La cohorte 2022 sera également invitée à participer aux ateliers et événements du Forum économique mondial et à des discussions de haut niveau au cours de ses deux années dans la communauté.

Les Pionniers de la technologie 2022 comprennent :

Afrique

  • Access Afya (Kenya) – Soins de santé de haute qualité pour le marché de masse mondial
  • Ampersand (Rwanda) – Premier réseau d’énergie de remplacement de batterie pour véhicules légers d’Afrique
  • Okra (Nigéria) – Numérisation des services financiers pour l’Afrique
  • Pula Advisors (Kenya) – Une compagnie d’assurance et de technologie fournissant des solutions d’assurance complètes
  • Sendy (Kenya) – Construction d’une infrastructure d’exécution pour le commerce électronique et les marques grand public

Asie-Pacifique

  • Akila (Chine) – Optimisation des bâtiments, construction et environnement, social et gouvernance
  • Allinfra (Chine) – Construire une technologie pour aider les institutions à atteindre leurs objectifs climatiques
  • Ampd Energy (Chine) – Électrifier la construction pour éliminer les émissions
  • Authing (Chine) – Infrastructure d’identité de technologie de l’information de nouvelle génération d’entreprise
  • BioMap (Chine) – Tirer parti de l’intelligence artificielle pour déchiffrer le système immunitaire complexe
  • Booming Tech (Chine) Une plate-forme de moteur de virtualisation pour une oasis numérique
  • Protocole Boson (Singapour) – Une couche de règlement universelle pour le commerce
  • Digitwin (Chine) – Fourniture de solutions de métaverse d’entreprise via des jumeaux numériques spatiaux
  • Docosan (Viet Nam) – Une nouvelle passerelle pour les soins de santé au Viet Nam
  • EMQ (Singapour) – Permettre des services financiers en temps réel, sécurisés et abordables pour tous, partout
  • Freed Group (Chine) – Amélioration des performances et des capacités commerciales grâce aux technologies et solutions FreeDimension
  • Mint Innovation (Nouvelle-Zélande) – Fournir des métaux à faible émission de carbone essentiels à l’électrification de l’économie mondiale
  • Mudi (Chine) – Offrir des données basées sur la recherche clinique grâce à l’utilisation de l’intelligence artificielle
  • N.THING (République de Corée) – Leader de l’innovation dans les chaînes de valeur des services agricoles et de la ferme à la table
  • NextBillion.ai (Singapour) – Une plate-forme de données spatiales permettant l’intelligence artificielle de localisation pour les entreprises
  • Okra Solar (Australie) – Développement de matériel et de logiciels pour un accès durable à l’énergie du dernier kilomètre
  • OnLoop (Singapour) – Transformer la gestion maladroite des performances en un développement d’équipe collaboratif élégant
  • Pandocorp (Inde) – Rendre l’exécution de la chaîne d’approvisionnement intelligente avec un cloud logistique rapide
  • Proeon (Inde) – Création de protéines végétales de nouvelle génération avec un goût, une texture et une nutrition supérieurs
  • Qcraft (Chine) – Solutions de conduite autonome pour une application autonome facile avec une itération rapide
  • Recykal (Inde) – Première place de marché de l’économie circulaire en Asie
  • Reejig (Australie) – Garantir un potentiel zéro gaspillage chez les personnes, les entreprises et la société
  • RoboticPlus (Chine) – Fournisseur de produits robotiques intelligents pour le secteur de la construction
  • Seoul Robotics (République de Corée) – Une société de vision par ordinateur 3D propulsant l’avenir de l’autonomie
  • Shinta VR (Indonésie) – Fournir une technologie immersive percutante pour l’éducation et le développement humain
  • SmartCoin Financials (Inde) – Une plate-forme d’inclusion financière axée sur la technologie autorisant les personnes mal desservies
  • Vahan (Inde) – Créer un marché du travail complet pour les cols bleus
  • WIZ.AI (Singapour) – Révolutionner le processus d’appels entrants et sortants grâce à l’intelligence artificielle de la voix conversationnelle
  • XCharge (Chine) – Pionnier de la solution tout-en-un de recharge intelligente pour véhicules électriques
  • YesHealth (Chine) – Construire les fermes verticales les plus grandes et les plus efficaces au monde

L’Europe 

  • Beenova AI (Royaume-Uni) – Mise à l’échelle de l’éducation grâce à l’apprentissage conversationnel alimenté par l’intelligence artificielle
  • betteries (Allemagne) – Recyclage des batteries de véhicules électriques en systèmes d’alimentation mobiles abordables
  • Circulor (Royaume-Uni) – Une technologie éprouvée pour la traçabilité en temps réel de la chaîne d’approvisionnement
  • Citibeats (Espagne) – Analyse éthique de données volumineuses en intelligence artificielle
  • Collective Benefits (Royaume-Uni) – Plateforme d’assurance et d’avantages sociaux pour le travail indépendant
  • Cyacomb (Royaume-Uni) – Une première ligne de défense contre les contenus préjudiciables en ligne
  • Dendra Systems (Royaume-Uni) – Restauration pionnière des écosystèmes à grande échelle
  • EJARA (France) – Permettre aux Africains francophones de construire et de protéger leur patrimoine
  • Embion Technologies (Suisse) – Plate-forme technologique pour des solutions durables de nutrition et de santé à partir de la biomasse
  • Enerbrain (Italie) – Fournir des environnements bâtis plus sains et économes en énergie pour les personnes
  • Fluency (Royaume-Uni) – Activation des monnaies numériques de la banque centrale et des paiements numériques universels
  • Mission Space (Luxembourg) – Un système privé de renseignement météorologique spatial par satellite
  • MIWA (République tchèque) – Empêcher la création de déchets à partir d’emballages à usage unique
  • Nu Quantum (Royaume-Uni) – Permettre l’informatique quantique évolutive via des réseaux photoniques
  • Oxford Quantum Circuits (Royaume-Uni) – Construire des ordinateurs quantiques pour permettre des découvertes qui changent la vie
  • Plan A (Allemagne) – Un fournisseur de solutions logicielles de comptabilité carbone et de décarbonation pour les entreprises
  • Proton (Suisse) – Fournir des services Internet privés par défaut
  • Roboze (Italie) – Remodeler la fabrication avec un nouveau modèle de production distribuée
  • ROCSOLE (Finlande) – Aperçu des conditions de processus difficiles améliorant l’efficacité opérationnelle de l’industrie
  • Somnium Space (Royaume-Uni) – Plateforme de réalité virtuelle ouverte, sociale et persistante alimentée par la blockchain
  • TechWolf (Belgique) – Développer une vue d’ensemble des compétences et des lacunes des employés
  • Twin Science (Royaume-Uni) – Développer les compétences des enfants grâce à un apprentissage STEM axé sur un objectif
  • Wolfprint 3D (Estonie) – Plate-forme d’avatar inter-applications pour le métaverse

Amérique latine

  • Global66 (Chili) – Plateforme financière mondiale pour les particuliers et les petites et moyennes entreprises
  • Houm (Chili) – Une plateforme numérique pour louer, acheter et vendre des propriétés en ligne
  • Mamotest (Argentine) – Une solution patiente, basée sur les données, de bout en bout pour vaincre le cancer du sein
  • microTERRA (Mexique) – Propulser l’avenir basé sur les plantes
  • Pomelo (Argentine) – Infrastructure pour lancer et faire évoluer la fintech en Amérique latine

Moyen-Orient et Afrique du Nord

  • Eureka Security (Israël) – Une plateforme de gestion de la posture de sécurité des données
  • HawKar (Tunisie) – Une start-up innovante destinée aux personnes à mobilité réduite
  • OCON Healthcare (Israël) – Administration de médicaments utérins en 3D pour s’adapter à l’anatomie des femmes

Amérique du Nord

  • Agerpoint (États-Unis) – Transformer la façon dont les plantes, les cultures et les forêts sont mesurées et surveillées
  • Alife (États-Unis) – Un système d’exploitation de FIV pour améliorer les résultats et les soins de fertilité
  • Aliro Quantum (États-Unis) – Réseaux quantiques pour une communication sécurisée basée sur la physique et une informatique quantique évolutive
  • AllHere (États-Unis) – Assistance alimentée par l’IA pour les familles dans les écoles primaires et secondaires
  • BEIT (États-Unis) – Fourniture de propriété intellectuelle pour le matériel informatique quantique et les algorithmes
  • Benepass (États-Unis) – Réinventer la prise en charge du personnel de l’entreprise avec des avantages flexibles et personnalisés
  • Bonumose (États-Unis) – Des sucres sains et abordables sans sacrifier le goût ou la fonctionnalité
  • Butlr Technologies (États-Unis) – Sensibiliser les gens à l’environnement bâti
  • Centrly (USA) – Une plateforme d’intelligence de marché accélérant l’innovation en systématisant la recherche de partenariats
  • Colossal Biosciences (USA) – La société de désextinction
  • Copia Automation (USA) – Contrôle de version Git pour la programmation d’automates programmables (PLC)
  • Credo AI (USA) – Opérationnaliser l’intelligence artificielle responsable
  • CrowdAI (États-Unis) – Permettre aux organisations de toutes tailles de déployer la vision par ordinateur
  • Databento (États-Unis) – Pay-as-you-go pour les données des marchés financiers
  • DNAstack (Canada) – Développer des technologies pour permettre un partage et une découverte responsables des données biomédicales
  • DXM (États-Unis) – Plate-forme de fabrication durable, à la demande et axée sur la technologie pour tous
  • Emerge (USA) – Apporter du toucher et de l’émotion aux expériences virtuelles
  • Everstream Analytics (États-Unis) – Établir la norme mondiale de la chaîne d’approvisionnement
  • Guidewheel (États-Unis) – Donner aux usines les moyens d’atteindre des performances de pointe durables
  • High Fidelity (États-Unis) – Offre une technologie audio spatiale pour la communication vocale de nouvelle génération
  • Horizon Blockchain Games (Canada) – Favoriser l’adoption du Web3 grâce à une blockchain simple, amusante et puissante
  • Hubble Technology (États-Unis) – Permettre la résilience de l’entreprise grâce à une visibilité complète sur les actifs technologiques
  • Ignite (États-Unis) – Accélérer la transition mondiale vers un avenir décentralisé
  • Journey Foods (États-Unis) – Automatisation de la durabilité, de la nutrition et de l’innovation des coûts
  • Leap (États-Unis) – Permettre une participation automatique et en temps réel au marché de l’énergie pour les ressources énergétiques distribuées
  • LeasePilot (États-Unis) – Aider les propriétaires de biens immobiliers commerciaux à rédiger leurs baux plus rapidement
  • Manufacture 2030 (États-Unis) – Permettre aux entreprises d’atteindre en toute confiance les objectifs de carbone de la chaîne d’approvisionnement
  • Nithio (États-Unis) – Une plateforme basée sur l’intelligence artificielle pour l’investissement dans les énergies propres
  • Novoloop (États-Unis) – Entreprise d’upcycling créant des produits chimiques et des matériaux à base de plastique
  • Oolu (USA) – Distribution de solutions d’énergie solaire en Afrique de l’Ouest
  • Plaine Products (États-Unis) – Éliminer le plastique à usage unique de la salle de bain
  • Recuro Health (États-Unis) – Soins médicaux numériques préventifs pour réduire les coûts et améliorer les résultats
  • Resilinc (États-Unis) – Une solution leader de surveillance, de cartographie et de résilience des risques de la chaîne d’approvisionnement
  • Slang (États-Unis) – Plateforme d’apprentissage basée sur l’intelligence artificielle permettant à la main-d’œuvre d’utiliser un anglais professionnel

À propos des pionniers de la technologie

Le Forum économique mondial estime que l’innovation est essentielle au bien-être futur de la société et au moteur de la croissance économique. Lancée en 2000, la communauté Technology Pioneer comprend des entreprises du monde entier en phase de démarrage ou de croissance qui sont impliquées dans la conception, le développement et le déploiement de nouvelles technologies et innovations et sont prêtes à avoir un impact significatif sur les entreprises et la société.

La communauté fait partie de la Global Innovators Community, un groupe sur invitation uniquement de start-up qui changent la donne. En outre, la communauté fait également partie du réseau des centres pour la quatrième révolution industrielle, où les membres contribuent à façonner de nouvelles politiques et stratégies dans des domaines tels que l’intelligence artificielle, la blockchain et les actifs numériques, l’internet des objets et les véhicules autonomes.

Les étudiants de Cal Poly conçoivent une solution technologique innovante pour rendre les bâtiments scolaires des pays en développement plus sûrs en collaboration avec la Banque mondiale – Cal Poly News

Une équipe d’étudiants en informatique et en génie logiciel et des professeurs conçoivent une application mobile et une solution de gestion des données pour améliorer l’intégrité structurelle des bâtiments scolaires vulnérables

SAN LUIS OBISPO – Le Cal Poly Digital Transformation Hub (DxHub) optimisé par Amazon Web Services (AWS) et une équipe d’étudiants de Cal Poly ont conçu une application mobile pour la Banque mondiale afin d’aider à améliorer la sécurité des écoles dans les pays en développement, en prévoyant de réduire les coûts et temps de 50 %.

Des millions de vies d’enfants et des milliards de dollars d’infrastructures sont en jeu, car des catastrophes telles que des tremblements de terre et des cyclones menacent de s’effondrer plus d’un million de bâtiments scolaires dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. Selon les chiffres de la Banque mondiale, environ 875 millions d’enfants et d’enseignants pourraient être blessés ou mourir dans des bâtiments scolaires endommagés. En outre, lorsque les écoles ferment à la suite de catastrophes, il y a des pertes indirectes car les élèves sont privés d’opportunités d’apprentissage, ce qui aggrave encore les impacts.

La technologie de pointe a été développée par le DxHub, à l’aide d’outils basés sur le cloud AWS, pour le programme mondial de la Banque mondiale pour des écoles plus sûres (sous l’égide de la Facilité mondiale pour la réduction des catastrophes et le relèvement). Une équipe multidisciplinaire d’étudiants de premier cycle et des cycles supérieurs et le professeur Franz J. Kurfess ont travaillé avec les responsables de DxHub pour créer la conception de l’application pour téléphone mobile et le modèle de vision par ordinateur d’apprentissage en profondeur. Le modèle simplifie la façon dont les différents types de bâtiments scolaires vulnérables aux catastrophes naturelles sont identifiés pour accélérer l’intervention en fonction des risques et la planification des investissements afin de rendre les écoles plus sûres à grande échelle.

Un fonctionnaire prend une photo d'une école intacte en République kirghize

La conception de l’application, la solution de gestion automatisée des données et le modèle d’apprentissage en profondeur ont reçu la reconnaissance internationale de l’Observatoire de l’innovation dans le secteur public, une initiative phare de l’Organisation de coopération et de développement économiques basée à Paris. L’OCDE, qui existe depuis 60 ans et compte 38 pays membres, soutient et conseille les gouvernements dans la mise en place d’approches innovantes pour transformer leur secteur public.

La conception de la solution est le résultat d’un partenariat universitaire entre le DxHub et la Banque mondiale, l’une des plus grandes sources mondiales de financement et de connaissances pour les pays en développement. La Banque mondiale aide les pays en développement à partager et à appliquer des connaissances et des solutions innovantes pour résoudre les défis dans tous les grands domaines de développement en vue de mettre fin à la pauvreté et à une prospérité partagée, grâce à une large gamme de produits financiers et d’assistance technique.

La conception de l’application et le modèle de vision par ordinateur d’apprentissage en profondeur aideront le Programme mondial pour des écoles plus sûres (GPSS) à faire avancer son programme avec des solutions de données évolutives et efficaces pour faciliter la hiérarchisation stratégique des investissements des gouvernements sur la base de preuves sur la vulnérabilité des bâtiments scolaires.

Les professeurs et les étudiants de DxHub et de Cal Poly ont été appelés pour aider à relever le défi du développement des données de référence sur les infrastructures scolaires. Il y a un manque de données de base sur les caractéristiques structurelles des bâtiments scolaires dans les pays en développement et aucun moyen efficace de collecter, mettre à jour et gérer une si grande quantité de données à l’échelle nationale. Plus précisément, la collecte de données sur le terrain dans de vastes zones géographiques et l’étiquetage des données photographiques prennent du temps et coûtent cher à effectuer dans des dizaines de milliers d’écoles.

Le DxHub s’est félicité de l’opportunité de travailler avec des étudiants pour relever ce défi important et critique.

« Notre partenariat avec la Banque mondiale permet aux étudiants de Cal Poly d’innover et de résoudre des problèmes de manière à avoir un impact réel », a déclaré le directeur de DxHub, Paul Jurasin. « Cette conception d’application n’est qu’un exemple des solutions que nous apportons et qui peuvent faire une différence significative dans le monde, et nous apprécions grandement la reconnaissance de notre collaboration. »

Ce mois-ci, Kurfess et sa classe d’informatique ont présenté la dernière itération de la conception de la solution, que l’équipe GPSS peut désormais utiliser comme modèle pour les tests sur le terrain.

L'équipe des étudiants de Cal Poly et du professeur Franz J. Kurfess

« Le partenariat avec Cal Poly et DxHub nous a aidés à explorer une solution basée sur l’IA pour combler le manque de données sur les infrastructures scolaires au niveau national en tirant parti d’une équipe de jeunes esprits talentueux issus d’horizons multidisciplinaires », a déclaré Fernando Ramirez Cortes, chef de l’équipe de travail du GPSS. « Cette approche ne remplacera pas les enquêtes de terrain classiques par du personnel qualifié mais viendra compléter les évaluations plus détaillées sur un échantillon représentatif. En tirant des conclusions à grande échelle, la solution d’IA évite d’avoir à effectuer ces évaluations conventionnelles sur l’ensemble du portefeuille et devrait réduire le temps et les dépenses de 50 %. »

L'application est conçue pour fonctionner sur un téléphone mobile

La démonstration finale du modèle de ce mois-ci couronne deux années de recherche et de développement par des équipes multidisciplinaires, y compris un échange d’étudiants virtuel avec l’Université des sciences appliquées de Munich, qui fait également partie du programme AWS Cloud Innovation Centers. Les équipes ont examiné l’utilisation des technologies d’intelligence artificielle pour divers aspects de la sécurisation des écoles, en créant une conception d’application mobile facile à utiliser pour identifier les bâtiments scolaires vulnérables qui ont le plus besoin d’interventions. À l’aide de l’application, des photos de bâtiments scolaires sont téléchargées dans le cloud où un algorithme d’apprentissage en profondeur de l’IA détermine les principales caractéristiques de vulnérabilité de chaque structure – type de bâtiment, hauteur et système structurel.

Un ingénieur qualifié examine à distance les résultats initiaux pour en vérifier l’exactitude et, ce faisant, affine le modèle d’apprentissage en profondeur pour améliorer en permanence la qualité des résultats. De là, les conclusions de l’ingénieur sont transmises aux décideurs qui peuvent rapidement prioriser les investissements pour les bâtiments scolaires les plus vulnérables.

Pour les étudiants impliqués, y compris les employés étudiants de DxHub, Ashley Choi, une sociologie et des sciences politiques de San Mateo, en Californie, et Elisa Horta, une ingénieure en mécanique de Santa Clara, en Californie, ce projet offre une expérience éducative Learn by Doing, car ils diplômé, prêt à s’orienter vers des carrières dans l’industrie.

« Ce projet a été une excellente occasion d’accélérer mon apprentissage dans un environnement réel », a déclaré Sydney Nguyen, ancienne élève de Cal Poly (architecture et études ethniques, ’20) d’Oakland, en Californie. « J’ai été particulièrement attiré par l’impact social de ce projet, avec des opportunités d’apprentissage pour utiliser le design et la technologie pour aider les communautés marginalisées à l’échelle locale et mondiale. »

En plus de la reconnaissance de l’Observatoire de l’innovation dans le secteur public de l’OCDE, Kurfess et l’équipe ont présenté à la 128e conférence annuelle de l’American Society for Engineering Education et ont également été reconnus comme demi-finalistes du prix SAFE STEPS D-Tech (Disaster Tech) pour technologie innovante. des solutions qui sauvent des vies avant, pendant et après les catastrophes naturelles.

Plus en ligne
La conception de cette solution peut être trouvée à:
https://dxhub.calpoly.edu/challenges/identification-of-school-vulnerability-at-scale/

L’étude de cas de l’Observatoire de l’innovation dans le secteur public est disponible à l’adresse suivante :
https://oecd-opsi.org/innovations/simplifying-the-identification-of-school-infrastructure-vulnerability-at-scale/

À propos du centre de transformation numérique Cal Poly
Le Digital Transformation Hub (DxHub) de Cal Poly a été l’une des premières collaborations entre Amazon Web Services (AWS) et un établissement d’enseignement axé sur l’innovation et la transformation numérique. Tout en offrant aux étudiants des expériences d’apprentissage dans le monde réel, le DxHub applique des méthodologies d’innovation éprouvées en combinaison avec l’expertise approfondie en la matière du secteur public et l’expertise technologique d’AWS pour résoudre des problèmes difficiles d’une manière non envisagée auparavant. Pour plus d’informations, visitez https://dxhub.calpoly.edu.

À propos de Cal Poly
Fondée en 1901 et faisant partie du système renommé de la California State University depuis 1960, Cal Poly est une université publique polytechnique complète de quatre ans, classée au niveau national, située à San Luis Obispo, en Californie. Connu pour son approche Learn by Doing, ses petites classes et son accès ouvert à des professeurs experts, Cal Poly est une communauté d’apprentissage distincte dont près de 22 000 étudiants motivés par les études bénéficient d’une expérience éducative pratique inégalée qui les prépare à mener une vie personnelle et professionnelle réussie. .

Infos photos :
En haut : École endommagée 1 — Une école a subi d’importants dégâts lors d’un tremblement de terre de magnitude 7,8 qui a secoué le Népal le 25 avril 2015, effondrant des structures à plusieurs étages à Katmandou et provoquant des avalanches et des glissements de terrain dans l’Himalaya. Environ 9 000 personnes ont été tuées et plus de 22 000 ont été blessées.
Photo publiée avec l’aimable autorisation de la Banque mondiale

Deuxième photo à partir du haut : Extérieur de l’école — Un fonctionnaire prend une photo de l’école en République kirghize, le pays montagneux enclavé d’Asie centrale, dans le cadre d’une évaluation de la structure avant la catastrophe.
Photo publiée avec l’aimable autorisation de la Banque mondiale

Troisième photo à partir du haut : SaferSchoolsApp – Une équipe d’étudiants de Cal Poly a conçu une application mobile pour la Banque mondiale afin d’aider à améliorer la sécurité des écoles dans les pays en développement, en prévoyant de réduire les coûts et le temps de 50 %. De gauche à droite, Nicholas Hansen (informatique, 2022), Zachary Cipolla (informatique, 2022), Elisa Horta (génie mécanique, 2023), Melissa Nardone (génie informatique, 2022) et le professeur Franz Kurfess rencontrent à distance le programme mondial de la Banque mondiale pour l’équipe Safer Schools.
Photo de Joe Johnson | Cal Poly

Quatrième photo à partir du haut : vue d’ensemble — Une équipe multidisciplinaire d’étudiants de Cal Poly, dirigée par le professeur Franz J. Kurfess du département d’informatique et de génie logiciel, a travaillé avec des responsables de DxHub pour concevoir une application pour téléphone mobile et un modèle de vision par ordinateur d’apprentissage en profondeur. Le modèle simplifie la façon dont les différents types de bâtiments scolaires vulnérables aux catastrophes naturelles sont identifiés pour accélérer l’intervention en fonction des risques et la planification des investissements pour finalement rendre les écoles plus sûres à grande échelle.
Photo publiée avec l’aimable autorisation de la Banque mondiale

28 avril 2022
Contact : Matt Lazier
805-756-7109; mlazier@calpoly.edu

Qu’est-ce que « l’Industrie 4.0 » et que signifiera-t-elle pour les pays ?

  • Nous vivons au début d’une nouvelle révolution technologique autour des technologies de l’industrie 4.0 telles que l’intelligence artificielle (IA), la robotique et l’Internet des objets (IoT).
  • L’industrie 4.0 fait référence aux systèmes de production «intelligents» et connectés conçus pour détecter, prévoir et interagir avec le monde physique, afin de prendre des décisions qui soutiennent la production en temps réel.
  • Les pays en développement doivent diversifier leur production vers des secteurs technologiquement plus avancés.

Tout comme un changement technologique rapide peut accélérer le progrès, il risque également de laisser de nombreuses personnes de côté. Historiquement, chaque vague de progrès technologique depuis la révolution industrielle a été associée à des inégalités plus marquées entre les pays. Avant les années 1800, il y avait peu de disparité de revenu entre les pays ; aujourd’hui, l’écart moyen de revenu par habitant entre les pays développés et les pays en développement est supérieur à 40 000 dollars.

Quel serait l’effet de l’Industrie 4.0 ? Cela faciliterait-il ou entraverait-il l’industrialisation des pays en développement ? Cela réduirait-il ou augmenterait-il les inégalités ?

Qu’est-ce que l’Industrie 4.0 ?

L’industrie 4.0 fait référence aux systèmes de production «intelligents» et connectés qui sont conçus pour détecter, prévoir et interagir avec le monde physique, afin de prendre des décisions qui soutiennent la production en temps réel. Dans le secteur manufacturier, il peut augmenter la productivité, l’efficacité énergétique et la durabilité. Il augmente la productivité en réduisant les temps d’arrêt et les coûts de maintenance.

Les estimations suggèrent une augmentation de la disponibilité des lignes de production de 5 à 15 %. Il peut également offrir des possibilités d’économie d’énergie et de durabilité grâce à l’optimisation. Par exemple, dans une étude de cas d’une multinationale du secteur des plastiques, Industrie 4.0, l’utilisation de capteurs d’énergie a réduit la consommation d’énergie dans l’une de ses usines d’environ 40 %, ce qui a permis d’économiser plus de 200 000 $ par an en énergie. Cependant, seuls quelques pays développent et commercialisent les technologies de l’Industrie 4.0.

Le Centre pour la quatrième révolution industrielle du Forum économique mondial, en partenariat avec le gouvernement britannique, a élaboré des lignes directrices pour un approvisionnement public plus éthique et efficace de la technologie de l’intelligence artificielle (IA). Les gouvernements d’Europe, d’Amérique latine et du Moyen-Orient testent ces lignes directrices pour améliorer leurs processus d’approvisionnement en IA.

Nos lignes directrices servent non seulement d’outil de référence pratique pour les gouvernements qui cherchent à adopter la technologie de l’IA, mais elles établissent également des normes de base pour des marchés publics et un déploiement efficaces et responsables de l’IA – des normes qui peuvent éventuellement être adoptées par les industries.

Exemple de processus d'approvisionnement fondé sur les défis mentionné dans les lignes directrices

Exemple de processus d’approvisionnement fondé sur les défis mentionné dans les lignes directrices

Nous invitons les organisations intéressées par l’avenir de l’IA et de l’apprentissage automatique à s’impliquer dans cette initiative. En savoir plus sur notre impact.

Jusqu’à présent, les États-Unis et la Chine sont en tête en matière de publications et de brevets. Ils possèdent également les plus grandes plateformes numériques, la moitié des centres de données hyperscale du monde, les taux d’adoption de la 5G les plus élevés, 94 % de tous les financements des start-ups d’IA au cours des cinq dernières années et 70 % des meilleurs chercheurs mondiaux en IA.

La capacité de fabrication et de recherche et développement de haute technologie est un autre élément essentiel pour l’industrie 4.0, qui augmente également les opportunités pour les entreprises des pays développés d’obtenir un avantage de premier plan. Par exemple, les entreprises européennes ont beaucoup investi dans l’IoT. Avec la Chine et les États-Unis, ils représentent environ les trois quarts de toutes les dépenses IoT.

Comment l’Industrie 4.0 impacterait-elle les inégalités ?

Le changement technologique affecte les inégalités par le biais des emplois, des salaires et des bénéfices. Dans le cas de l’industrie 4.0, les nouvelles technologies augmentent principalement la productivité.

À mesure que les entreprises deviennent plus productives, elles sont également plus compétitives et plus susceptibles d’embaucher des travailleurs plus qualifiés dans de meilleurs emplois. Les pays dans lesquels les entreprises adoptent l’Industrie 4.0 pourraient s’attendre à une augmentation plus importante de la productivité et de la compétitivité, ainsi que des salaires.

Dans le même temps, l’industrie 4.0 apporte également des défis spécifiques. Par exemple, de nombreuses études prédisent une grande partie des emplois perdus dans l’économie en raison de l’IA et de l’automatisation. Mais ils ne considèrent pas que toutes les tâches ne sont pas automatisées et, surtout, que de nouveaux produits, tâches et professions sont créés dans toute l’économie. L’industrie 4.0 dans le secteur manufacturier peut apporter d’énormes gains de productivité, mais la plupart des entreprises des pays en développement sont loin d’utiliser l’industrie 4.0.

Exploiter l’industrie 4.0 pour un développement inclusif

Les pays en développement ne seraient pas en mesure de déployer à grande échelle l’industrie 4.0 s’ils avaient un secteur manufacturier faible. Ils doivent diversifier leur production vers des secteurs technologiquement plus avancés.

L’État a un rôle crucial à jouer dans la promotion des secteurs potentiels, le renforcement des systèmes d’innovation, la mise en cohérence entre les politiques STI (science, technologie et information) et les autres politiques sociales et économiques, et la garantie d’une approche participative dans ce processus. Les gouvernements devraient également promouvoir un accès abordable et de haute qualité à Internet et renforcer les compétences numériques dans le secteur des entreprises, y compris les PME. Ils doivent également créer les conditions nécessaires au déploiement de l’industrie 4.0 dans le secteur manufacturier.

Il s’agit notamment de l’élaboration de stratégies nationales dirigeant le déploiement coordonné de l’industrie 4.0, de la création d’un mécanisme multipartite institutionnalisant une approche participative pour favoriser l’industrie 4.0 et du renforcement de la coopération internationale pour accélérer le transfert de technologie et de savoir-faire.

Pour favoriser l’adoption de l’Industrie 4.0, les gouvernements devraient sensibiliser le secteur privé, promouvoir les investissements et faciliter le financement du déploiement de l’Industrie 4.0. Les responsables politiques des pays en développement devraient également être attentifs aux changements dans la structure des échanges et les chaînes de valeur mondiales et à la manière dont ils affecteraient leur main-d’œuvre. Les travailleurs qui ne peuvent pas être formés ou recyclés et qui perdent leur emploi devraient s’appuyer sur des mécanismes de protection sociale plus solides.

Le rôle critique de la collaboration internationale

La communauté internationale devrait s’unir pour aider les pays à exploiter cette nouvelle vague technologique. Le risque est de perpétuer les écarts constatés lors des précédentes révolutions technologiques.

À cet égard, cinq domaines critiques sont :

1. Partager les connaissances et les informations et mener des recherches ;

2. Aider à concevoir des politiques, des stratégies et à mettre en œuvre des initiatives ;

3. Contribuer au renforcement des capacités de tous les acteurs du système national d’innovation sur l’Industrie 4.0 ;

4. Promouvoir le transfert de technologie grâce à de nouvelles approches de partenariat innovantes, en s’attaquant aux défaillances du marché, des systèmes d’innovation et des capacités ;

5. Aider à établir des cadres juridiques, des lignes directrices, des normes et des standards.

La Commission des Nations Unies sur la science et la technologie au service du développement offre aux États membres une plate-forme pour explorer les moyens de renforcer et de mieux coordonner la coopération internationale axée sur les STI, dans l’esprit du multilatéralisme, afin d’exploiter les technologies et l’innovation de l’industrie 4.0 au profit de tous.

St. John Properties prévoit de livrer 23 bâtiments dans tout le pays en 2022

Les sociétés immobilières commerciales St. John Properties, Inc., basées à Baltimore, projettent de livrer 23 bâtiments, totalisant plus de 880 000 pieds carrés de bureaux commerciaux de classe A, d’espaces flexibles / R&D, de vente au détail et d’entrepôt dans l’ensemble de son portefeuille national au cours de l’année à venir . Cette activité suit le rythme de l’entreprise en 2021 qui s’est traduit par la construction de 17 bâtiments comprenant près de 800 000 pieds carrés d’espace. Conformément à la stratégie d’entreprise de St. John Properties de rester en avance sur la demande des clients, chacun des bâtiments a été ou est actuellement en cours de construction sur une base spéculative.

Dans la région du Maryland, St. John Properties a achevé huit bâtiments comprenant plus de 400 000 pieds carrés d’espace en 2021 avec une activité soulignée par la livraison du 8130 Maple Lawn Blvd., un immeuble de bureaux commerciaux de classe A de quatre étages et de 115 000 pieds carrés au sein de la communauté à usage mixte estimée de Maple Lawn dans le comté de Howard, un projet qui a été développé par St. John Properties et Greenebaum Enterprises.

En 2022, la société prévoit de livrer 10 bâtiments totalisant plus de 320 000 pieds carrés d’espace dans les comtés d’Anne Arundel, de Baltimore, de Prince George et de St. Mary. De plus, St. John Properties a l’intention de livrer trois bâtiments d’une superficie de 205 000 pieds carrés à Frederick, dans le Maryland.

Le rythme de location dans les bureaux régionaux de la société situés dans tout le pays reflétait la région du Maryland, entraînant la poursuite de l’activité de construction spéculative à l’échelle nationale. Trois bâtiments, totalisant plus de 135 000 pieds carrés d’espace, seront construits dans le nord de la Virginie.

Le bureau de Baton Rouge, en Louisiane, poursuit deux projets flexibles/R&D totalisant plus de 60 000 pieds carrés d’espace. De plus, cinq bâtiments flexibles/R&D et de vente au détail totalisant plus de 155 000 pieds carrés seront livrés dans les communautés d’affaires de Valley Grove et de Spring Pointe Exchange, au sud de Salt Lake City dans l’Utah en 2022.

St. John Properties poursuit sa mission de développer des bâtiments durables, tout en maintenant des environnements intérieurs qui favorisent le bien-être des employés et conservent l’énergie. Huit bâtiments ont obtenu la certification LEED en 2021, avec 10 nouvelles certifications attendues en 2022, l’entreprise prévoit d’avoir 100 bâtiments certifiés LEED d’ici la fin de l’année.

En réponse à la crise du COVID-19, St. John Properties a lancé l’année dernière son processus de purification de l’air par UV dans tout le bâtiment. Cette stratégie en plusieurs étapes comprenait l’installation de systèmes de désinfection par lumière UV-C conçus pour éliminer les agents pathogènes en suspension dans l’air tels que les spores fongiques, les bactéries et les virus qui traversent l’équipement CVC d’un bâtiment.

10 façons dont Stroock transforme le visage de l’industrie immobilière de notre pays – Observateur commercial

Les New-Yorkais connaissent depuis longtemps les solides capacités immobilières de Stroock & Stroock & Lavan et ses prouesses en matière de négociation. Heck, il n’y a pratiquement pas de projet Big Apple que Stroock n’a pas touché au cours des 140 dernières années et plus!

Mais où ailleurs à travers le pays l’impact de Stroock est-il évident ?

De la capitale de notre nation à Washington, DC, à Los Angeles et de retour au sud de la Floride, l’équipe immobilière de Stroock fait des vagues – avec des projets allant d’une tour emblématique qui définit l’horizon de LA à un campus technologique du district qui abritait autrefois l’un des premiers innovateurs en ligne.

Découvrez une sélection des divers projets importants et transformateurs à travers le pays dans lesquels Stroock a participé.

US Bank Tower — Los Angeles, Californie

Anciennement connu sous le nom de Library Tower en raison de sa proximité avec la bibliothèque centrale de 1926, cet édifice définissant l’horizon a été construit en 1989 par le développeur Maguire Partners, qui a également acheté des droits aériens au-dessus de la bibliothèque voisine afin qu’il puisse littéralement atteindre le ciel avec la hauteur de la tour. Propriété de Silverstein Properties, ce gratte-ciel de 1 018 pieds est une icône de la ligne d’horizon de DTLA.

Tour de la banque américaine, Los Angeles, Californie

Terminal de St. John’s – New York, NY

Construit à l’origine en 1934 comme une extrémité de la High Line – un chemin de fer surélevé utilisé pour transporter des marchandises le long du côté ouest de Manhattan – le terminal de St. John’s accueillera bientôt des employés de Google en tant qu’élément clé du campus Hudson Square du géant de la technologie. L’ancienne installation de fret devenue un immeuble de bureaux durable situé au 550 Washington Street s’est vendu pour 2,1 milliards de dollars en 2022 – la vente la plus chère d’un immeuble de bureaux à Manhattan depuis le début de la pandémie.

1501 Collins Avenue — Miami Beach, Floride

Construit en 1939 sous le nom de Bancroft Hotel, cet établissement de cinq étages et de 100 000 pieds carrés en bord de mer abritera bientôt des espaces de bureau de classe A – quelque chose d’unique pour le marché de Miami. Avec l’afflux de professionnels de partout au pays vers le sud de la Floride au cours des deux dernières années, cette propriété attirera sûrement un nouveau type de locataire – un intéressé par les bureaux mais avec des équipements de style hôtelier, une tendance alimentée par les changements de l’ère pandémique dans préférences.

1501 Collins Ave Miami 10 façons dont Stroock transforme le visage de l'industrie immobilière de notre pays
1501 Collins Avenue, Miami Beach, Floride

Midtown Center — Washington, D.C.

En tant que nouveau projet construit en 2017, Midtown Center est un complexe de 865 000 pieds carrés qui contient deux tours reliées par des ponts piétonniers situés au cœur de Washington, DC Connu pour son espace de bureau de première classe, Leadership in Energy and Environmental Design (LEED) et des équipements haut de gamme, le bâtiment dispose d’un toit-terrasse avec vue sur le centre-ville de DC et le Washington Monument, d’un parking sur place avec bornes de recharge électriques, de studios de fitness bien équipés et bien plus encore.

Auparavant la maison de Le Washington Postce bâtiment accueille désormais le siège social de Fannie Mae ainsi que plusieurs magasins de détail pour les locataires et les résidents du quartier.

Midtown Center redimensionné 10 façons dont Stroock transforme le visage de l'industrie immobilière de notre pays
Midtown Center, Washington, D.C.

Trammell Crow Center — Dallas, Texas

Trammell Crow Center – un gratte-ciel de 50 étages dominant le centre du quartier des arts de Dallas – a été construit pendant le boom de la construction des années 80. Après une transformation à la fin des années 2000, le centre est devenu une installation innovante à usage mixte comprenant des magasins de détail, un centre de conférence et de nombreux espaces verts extérieurs, cimentant la place emblématique de la tour dans la ligne d’horizon de Dallas.

Conformément à l’esprit du quartier des arts environnant, la collection d’arts asiatiques Trammell et Margaret Crow – située au premier étage du bâtiment – touche une corde créative avec les visiteurs et les navetteurs de longue durée.

Starrett City — Brooklyn, État de New York

Connu familièrement sous le nom de Spring Creek Towers, Starrett City est un complexe de logements abordables composé de 46 tours. Situé à quelques pâtés de maisons du parc d’État Shirley Chisholm à Brooklyn, il a ouvert ses portes en 1974.

S’étendant sur 140 acres et contenant plus de 5 880 appartements, Starrett City est décrite comme une «communauté forte et très appréciée» par la gouverneure de New York, Kathy Hochul. Le lotissement, l’un des plus grands complexes locatifs subventionnés par le gouvernement fédéral aux États-Unis, propose une longue liste d’équipements pour maintenir cet esprit de communauté vivant, y compris des cours de conditionnement physique, un centre commercial, des activités pour les jeunes, un journal hebdomadaire et une centrale de cogénération indépendante. plante.

Landmark Center — Boston, MA

Situé près du légendaire Fenway Park de Boston, le Landmark Center a été construit en 1928 en tant que centre de distribution de Sears, Roebuck & Company et abrite désormais des bureaux et des espaces commerciaux ainsi qu’un cinéma.

Bien qu’il soit inscrit au registre national des lieux historiques, le Landmark Center ouvre la voie à l’avenir de la ville. Vendu en 2021 pour plus de 1,5 milliard de dollars, le bâtiment appartient désormais à Alexandria Real Estate Equities, qui entend le transformer en pôle des sciences de la vie.

Parc logistique de Pecos — Denver, CO

Pecos Logistics Park est un parc industriel de classe A de 66 acres et 1,5 million de pieds carrés situé juste au nord du centre-ville de Denver. Pecos propose des espaces de travail à la pointe de la technologie et une multitude d’équipements allant d’un patio extérieur complet à un local à vélos en passant par des espaces de conférence flexibles. Ce parc d’entrepôts moderne est situé à proximité des principales voies de transport, ce qui en fait un site privilégié pour accéder à la population croissante de Denver.

100 Congrès — Austin, TX

Un nouveau bureau aéré et étincelant situé le long du fleuve de la capitale du Texas, le 100 Congress offre aux locataires un espace élégant doté d’équipements modernes. Mais ce n’est pas tout, cette propriété innovante a la particularité d’avoir reçu la certification LEED-EB (LEED pour les bâtiments existants) or en reconnaissance de ses efforts en matière de développement durable.

Considéré comme « l’un des meilleurs bâtiments du centre-ville d’Austin », le 100 Congress propose une variété d’équipements tels que des centres de fitness et multimédia ultramodernes, un local à vélos pour les « navetteurs verts » et deux parkings.

100 Congress Austin redimensionné 10 façons dont Stroock transforme le visage de l'industrie immobilière de notre pays
100 Congrès, Austin, Texas

Ancien campus AOL – Washington, DC

America Online (AOL) a été l’un des premiers pionniers de l’Internet en fournissant un service commuté, un courrier électronique, une messagerie instantanée et une connectivité à des millions d’Américains dans les années 1990. L’ancien siège social de la Virginie du Nord recevra bientôt 1 milliard de dollars de capital injecté pour la construction d’un centre de données de pointe de 2 millions de pieds carrés avec des coques alimentées et une conception flexible pour attirer des locataires à grande échelle.

Queensboro CF Stade de football – Queens, NY

Bientôt le domicile de l’équipe de football du championnat USL Queensboro FC et le premier stade de football construit à cet effet à New York, le stade de football de Queensboro est l’un des derniers développements dans le quartier jamaïcain du Queens.

En plus de fournir un centre communautaire et de nouvelles opportunités d’emploi, l’emplacement du stade sur le campus de la City University of New York (CUNY) permettra également aux étudiants et aux résidents de la région de célébrer la première saison du Queensboro FC en 2023.

QBFC Stadium New York 10 façons dont Stroock transforme le visage de l'industrie immobilière de notre pays
Stade de football du Queensboro FC, Queens, NY

La capitale ukrainienne sous le feu ; Visite des dirigeants des pays de l’OTAN

KYIV, Ukraine (AP) – L’offensive russe en Ukraine s’est rapprochée du centre de Kiev mardi, avec une série de frappes frappant un quartier résidentiel alors que les dirigeants de trois pays membres de l’OTAN prévoyaient une visite dans la capitale assiégée de l’Ukraine.

Peu avant l’aube, de grandes explosions ont tonné à travers Kiev à partir de ce que les autorités ukrainiennes ont qualifié de frappes d’artillerie. Le bombardement a déclenché un énorme incendie et un effort de sauvetage frénétique dans un immeuble de 15 étages. Au moins une personne a été tuée et d’autres restent coincées à l’intérieur.

Les ondes de choc d’une explosion ont également endommagé l’entrée d’une station de métro du centre-ville qui a été utilisée comme abri anti-bombes. Les autorités de la ville ont tweeté une image de la façade soufflée, affirmant que les trains ne s’arrêteraient plus à la gare.

Alors que la Russie intensifiait son assaut contre Kiev, les dirigeants de la Pologne, de la République tchèque et de la Slovénie prévoyaient de se rendre mardi dans la capitale ukrainienne dans le cadre d’une mission de l’Union européenne pour montrer leur soutien au pays.

« Le but de la visite est d’exprimer le soutien sans équivoque de l’Union européenne à l’Ukraine, à sa liberté et à son indépendance », a déclaré le Premier ministre tchèque Petr Fiala dans un tweet.

Il sera rejoint par le Premier ministre slovène Janez Janša, le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki et Jaroslaw Kaczynski, vice-Premier ministre polonais chargé de la sécurité et chef du parti conservateur au pouvoir.

Les négociateurs russes et ukrainiens prévoyaient également de tenir une deuxième journée de pourparlers alors que l’offensive russe en Ukraine entrait dans sa 21e journée.

Vignette de la vidéo Youtube

Lorsque la Russie a lancé la guerre il y a près de trois semaines, la peur d’une invasion imminente s’est emparée de la capitale ukrainienne et les habitants ont dormi dans les stations de métro ou se sont entassés dans les trains pour fuir. Mais alors que l’offensive russe s’enlisait, Kiev connut une relative accalmie.

Les combats se sont intensifiés à la périphérie de la ville ces derniers jours et des sirènes de raids aériens sporadiques retentissent autour de la capitale.

Le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy cherche à prolonger la loi martiale jusqu’au 24 avril et à obliger les hommes âgés de 18 à 60 ans à rester dans le pays pour combattre. Zelenskyy a soumis l’extension dans un projet de loi au parlement, qui devrait voter cette semaine.

À Washington, l’attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a déclaré que si l’administration Biden soutient la participation de l’Ukraine aux pourparlers avec la Russie, le président russe Vladimir Poutine devrait montrer des signes de désescalade afin de faire preuve de bonne foi.

Le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a mis en garde la Chine contre toute aide à la Russie lors d’une réunion à Rome avec un haut diplomate chinois.

Deux responsables de l’administration, s’exprimant sous couvert d’anonymat pour discuter d’informations sensibles, ont déclaré que la Chine avait signalé à Moscou qu’elle serait disposée à fournir à la fois un soutien militaire à l’Ukraine et un soutien financier pour aider à conjurer les effets des sanctions occidentales, qui comprennent une quatrième série de Sanctions de l’UE annoncées lundi soir.

Le Kremlin a nié avoir demandé à la Chine du matériel militaire à utiliser en Ukraine.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré que la Russie était en mesure de poursuivre l’opération elle-même et qu’elle « se déroulait conformément au plan et sera achevée à temps et dans son intégralité ».

À Kiev, les explosions matinales étaient des frappes d’artillerie, a déclaré l’armée ukrainienne. Ils ont frappé le district de Svyatoshynskyi dans l’ouest de Kiev, adjacent à la banlieue d’Irpin qui a connu certaines des pires batailles de la guerre.

Des flammes ont jailli de l’immeuble de 15 étages alors que les pompiers escaladaient des échelles pour secourir des personnes. La fumée étouffait l’air. Un pompier sur les lieux a confirmé qu’une personne était décédée et que plusieurs avaient été secourues, mais d’autres sont restées à l’intérieur alors que les sauveteurs tentaient de les atteindre.

Des dommages causés par des munitions non spécifiées en ont provoqué un autre dans un immeuble d’appartements de 10 étages dans le quartier Podilsky de Kiev, au nord du quartier du gouvernement. Une personne a été hospitalisée, a rapporté l’agence d’urgence de l’État.

Les forces russes ont également intensifié leurs frappes dans la nuit sur les banlieues nord-ouest d’Irpin, Hostomel et Bucha, a déclaré le chef de la région de Kiev, Oleksiy Kuleba.

«De nombreuses rues (dans ces zones) ont été transformées en une bouillie d’acier et de béton. Les gens se cachent depuis des semaines dans les sous-sols et ont peur de sortir même pour les évacuations », a déclaré Kuleba à la télévision ukrainienne.

Les troupes russes se trouvaient encore à environ 15 kilomètres (9 miles) du centre de Kiev lundi, selon un haut responsable américain de la défense. Dans l’ensemble, presque toutes les offensives militaires russes ont fait peu de progrès au cours du week-end, a déclaré le responsable, qui s’est exprimé sous couvert d’anonymat pour discuter de l’évaluation du Pentagone.

Le responsable a déclaré que les forces russes ont lancé plus de 900 missiles mais n’ont pas pris le contrôle de l’air au-dessus de l’Ukraine.

Le bureau du procureur général ukrainien a publié mardi les détails de deux attentats russes meurtriers la veille. Le bureau a déclaré qu’une frappe d’artillerie avait frappé une université et un marché en plein air, faisant 10 morts, et qu’une femme de 65 ans avait été abattue dans un bus qui évacuait des civils d’une banlieue de Kiev.

Des tirs d’artillerie russe ont également touché un immeuble de neuf étages dans le quartier nord d’Obolonskyi de la ville, tuant deux autres personnes, ont annoncé les autorités. Un conseiller municipal de Brovary, à l’est de Kiev, a été tué dans des combats là-bas, ont indiqué des responsables.

Et une frappe aérienne russe près d’un point de contrôle ukrainien a causé d’importants dégâts dans un quartier du centre-ville de Kiev, tuant une personne, a déclaré l’agence d’urgence ukrainienne.

Kateryna Lot a déclaré qu’elle était dans son appartement alors que son enfant faisait ses devoirs lorsqu’ils ont entendu une forte explosion et ont couru pour se mettre à l’abri.

« L’enfant est devenu hystérique. Nos fenêtres et le balcon ont été brisés. Une partie du sol s’est effondrée », a-t-elle déclaré. « C’était très, très effrayant. »

Dans une zone à l’extérieur de Kiev, le journaliste de Fox News, Benjamin Hall, a été blessé lors d’un reportage et a été hospitalisé, a indiqué la chaîne.

En Russie, le programme d’information en direct du soir à la télévision d’État a été brièvement interrompu par une femme qui est entrée dans le studio en tenant une affiche contre la guerre. Le site Web OVD-Info qui surveille les arrestations politiques l’a identifiée comme une employée de Channel 1 et a déclaré qu’elle avait été placée en garde à vue.

Il y a eu une rare lueur d’espoir dans la ville portuaire encerclée de Marioupol après le départ d’un convoi de 160 voitures civiles le long d’une route humanitaire désignée, a rapporté lundi le conseil municipal. Au cours des 10 derniers jours environ, le siège meurtrier a pulvérisé des maisons et d’autres bâtiments et laissé les gens désespérés pour de la nourriture, de l’eau, du chauffage et des médicaments.

À Marioupol, où la guerre a provoqué certaines des plus grandes souffrances, le conseil municipal n’a pas précisé le nombre de personnes dans le convoi de voitures se dirigeant vers l’ouest en direction de la ville de Zaporizhzhia. Mais il a déclaré qu’un cessez-le-feu le long de la route semblait tenir.

Les précédentes tentatives d’évacuation des civils et d’acheminement de l’aide humanitaire dans la ville de 430 000 habitants du sud ont été contrecarrées par les combats.

L’armée ukrainienne a déclaré avoir repoussé lundi une tentative de prise de contrôle de Marioupol par les forces russes, qui ont été forcées de battre en retraite. Les images satellites de Maxar Technologies ont montré des incendies dans toute la ville, avec de nombreux immeubles de grande hauteur fortement endommagés ou détruits.

L’Ukraine affirme que ses forces ont tué 150 soldats russes et détruit deux chars russes lors de la bataille de Marioupol.

Le chef de la région russe de Tchétchénie, soutenu par le Kremlin, a déclaré sur une application de messagerie que les combattants tchétchènes menaient l’offensive sur Marioupol.

L’armée russe a déclaré que 20 civils dans la ville de Donetsk, contrôlée par les séparatistes, dans l’est de l’Ukraine, avaient été tués par un missile balistique lancé par les forces ukrainiennes. L’allégation n’a pas pu être vérifiée de manière indépendante.

L’ONU a enregistré au moins 596 morts parmi les civils depuis que la Russie a envahi l’Ukraine le 24 février, bien qu’elle estime que le véritable bilan est beaucoup plus élevé. Des millions d’autres ont fui leur foyer, avec plus de 2,8 millions traversant la Pologne et d’autres pays voisins dans ce que l’ONU a appelé la plus grande crise de réfugiés en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale.

L’armée russe est plus grande et mieux équipée que celle de l’Ukraine, mais ses troupes ont fait face à une résistance plus forte que prévu, renforcée par des armes fournies par l’Occident.

___

L’écrivain de l’Associated Press Lolita C. Baldor à Washington et des journalistes de l’AP du monde entier ont contribué à ce rapport.

___

Cette version a été corrigée pour montrer que le chef de la Slovénie, et non la Slovaquie, fait partie de la délégation de l’UE.

___

Suivez la couverture de l’AP sur la crise ukrainienne sur https://apnews.com/hub/russia-ukraine

Behre : L’architecte méconnu de l’un des bâtiments les plus célèbres du pays | Commentaire

À l’approche de la Saint-Patrick, c’est le bon moment pour rappeler l’histoire de l’architecte d’origine irlandaise largement anonyme qui a passé des années à concevoir et à superviser les travaux de la Maison Blanche, d’autant plus que cette histoire a pris une tournure si importante à Charleston il y a environ 231 ans. .

Alors que certains à Charleston connaissaient bien James Hoban, son histoire a été moins appréciée que certains des autres premiers constructeurs du pays, probablement parce que la maison de Hoban a brûlé, détruisant la plupart de sa correspondance, dessins et autres papiers, laissant relativement peu de travail aux historiens. avec.

Mais cela n’a pas découragé Stewart McLaurin, président de la White House Historical Association, qui a récemment terminé un livre sur Hoban et qui s’est adressé vendredi au Charleston Heritage Symposium.

« Je pense que la chose la plus intéressante pour moi était cet homme qui n’est pas connu mais dont le bâtiment est connu dans le monde entier », dit-il. « Nous voici maintenant, 222 ans après que John Adams a emménagé à la Maison Blanche, et James Hoban, architecte du bâtiment peut-être le plus célèbre du monde, est lui-même largement inconnu. »

Né et élevé dans une maison modeste du comté de Kilkenny, en Irlande, Hoban a suivi une formation de charron et de constructeur à Dublin, où il se serait familiarisé avec certains des bâtiments les plus importants de la ville. Hoban a décidé d’immigrer en Amérique, peut-être parce que sa foi catholique à l’époque l’aurait peut-être amené à croire qu’il serait confronté à un plafond de verre professionnel chez lui.

Après son arrivée à Philadelphie, il s’est rendu à Charleston, probablement en raison d’un lien familial ici. Il a travaillé sur plusieurs bâtiments, y compris la reconstruction de la Statehouse de Caroline du Sud dans les rues Broad et Meeting après son incendie. L’incendie a à peu près coïncidé avec la décision de l’État de déplacer sa capitale en Colombie, mais la version reconstruite figurait parmi les plus beaux bâtiments de l’État.

L’étendue du travail de Hoban sur le palais de justice n’est pas claire, mais McLaurin dit que Hoban « était impliqué dans une certaine mesure ». Il prenait forme en 1791, juste au moment où le président George Washington visitait Charleston, et les deux se rencontrèrent. Un an plus tard, alors que Washington envisageait la construction de la maison du président, il se souvint d’avoir rencontré Hoban mais ne put se souvenir de son nom.

Washington a demandé autour de lui, l’a découvert et les deux se sont rencontrés à Philadelphie, alors capitale nationale. D’autres architectes, même Thomas Jefferson, étaient dans le mélange en tant que constructeurs possibles, mais McLaurin pense que Washington a poussé pour Hoban pour plusieurs raisons, y compris son tempérament et que les deux étaient des francs-maçons. « Ce que nous pensons que Washington aimait aussi chez lui, c’est que Hoban connaissait les grandes maisons de pierre d’Irlande. Les maisons en pierre n’étaient pas encore chose courante dans notre pays.

Hoban a donc obtenu le poste et, en 1800, le président John Adams a emménagé dans la maison, qui était encore en construction. Hoban est resté à Washington et a aidé à le reconstruire tel qu’il était après que les Britanniques l’aient incendié en 1814, et Hoban a ensuite travaillé avec le président James Monroe pour ajouter le portique sud, puis avec le président Andrew Jackson pour ajouter son portique nord. Il a travaillé sur la Maison Blanche, par intermittence, pendant près de 30 ans, mais a également construit l’église Saint-Patrick, l’une des premières églises du district de Columbia.

Personne n’a besoin d’être un historien de l’architecture pour noter la forte ressemblance entre Leinster House à Dublin, une maison en pierre de premier plan avec laquelle Hoban aurait été familier grâce à son éducation là-bas, et le palais de justice du comté de Charleston et la Maison Blanche, en particulier sa première apparition avant le portique nord a été ajouté. Leur classicisme, qui rappelle le premier architecte et auteur italien Andrea Palladio, est à la fois simple et élégant. « Quand je suis arrivé dessus (Leinster House), je me suis dit : ‘C’est la Maison Blanche. C’est tout », dit McLaurin.

Les trois bâtiments sont célébrés dans un récent portrait de Hoban commandé et affiché au troisième étage du palais de justice, et maintenant le nouveau livre de McLaurin aidera également les autres à établir des liens.

La Maison Blanche a servi tous les présidents sauf Washington lui-même, depuis les débuts de la nation jusqu’à son rôle moderne de superpuissance mondiale. McLaurin pense que c’est en partie parce que la conception de Hoban a trouvé un équilibre parfait et a créé une maison importante, mais ni trop modeste ni trop grande.

« Cela nous semble grandiose, mais presque chaque fois que j’emmène quelqu’un à la Maison Blanche pour une visite, leurs commentaires sont toujours sur la façon dont cela semble petit et sur la façon dont ils pensaient que ce serait beaucoup plus grand », dit-il. « C’est une maison américaine. C’est majestueux, mais ce n’est pas un grand palais européen. Il représentait alors – et il représente aujourd’hui – une maison pour un président citoyen qui fait son temps et s’en va.

Et cela aurait pu sembler très différent si ce n’était pas une rencontre fortuite ici à Charleston il y a longtemps.

Recevez un récapitulatif hebdomadaire de l’opinion et de l’analyse de la Caroline du Sud de The Post and Courier dans votre boîte de réception le lundi soir.