La compagnie d’assurance refuse la réclamation du propriétaire après que le toit s’est effondré; dit que c’est un problème de maintenance

CHICAGO (SCS) — Tout l’étage d’une maison du nord-ouest de l’Indiana est interdit à cause d’un toit pourri. La famille dit qu’elle est dans les limbes, attendant l’aide de l’assurance.

Morning Insider Lauren Victory explique pourquoi ils pourraient ne pas obtenir la réponse qu’ils recherchent.

« Ce sont tous des seaux pleins d’eau, comme ils sont noirs », a déclaré Martha Feliciano en faisant visiter ce qui était sa chambre à l’expert en toiture Joshua Grah. « Je veux dire, la moisissure là-bas est ridicule. »

L’étage de sa maison de Portage sentait le moisi.

« C’est horrible, l’odeur est horrible », a déclaré Feliciano. Elle a déjà déplacé son lit et le berceau de son fils hors de la chambre.

« Nous avons littéralement dormi par terre », a déclaré la mère de six enfants.

Elle a remarqué une fuite en mars 2021 et a déposé une réclamation auprès de State Farm. Après avoir fait des allers-retours avec l’assurance pendant plus de six mois, elle a reçu une lettre contenant toutes sortes de termes juridiques qui, en termes simples, l’informaient que State Farm avait rejeté sa réclamation, affirmant que les problèmes à l’intérieur de la maison étaient dus à la pourriture et à la détérioration.

« J’ai juste abandonné. Je ne voulais pas me battre avec eux », a déclaré Feliciano.

Puis elle est rentrée chez elle avec un plafond effondré le mois dernier.

« Je suis entrée et j’ai vu tout éclabousser le sol et je suis comme et j’ai fermé la porte immédiatement », a-t-elle déclaré.

Les dégâts étaient encore pires qu’avant avec des débris partout sur le sol et de l’isolant suspendu au plafond. Feliciano pourrait être obligé de le payer de sa poche.

State Farm n’a pas pu parler de détails dans son cas, mais a référé CBS 2 à Janet Ruiz de l’Insurance Information Institute pour des informations générales sur les réclamations.

Ruiz explique que le remplacement du toit n’est généralement couvert par les assureurs que pour une perte accidentelle comme une tempête de vent ou un incendie, et non pour la pourriture et la détérioration. L’assurance n’est pas une politique d’entretien, dit-elle.

« [If] c’est juste une question d’âge et d’usure qui s’est produite sur une longue période et qui ne serait pas une perte couverte », a déclaré Ruiz.

Ainsi, une intervention divine pourrait être nécessaire pour le projet de loi de Grah et plus encore.

« C’est cher », a-t-il dit, ne voulant pas nous donner de chiffre précis. Grah travaille pour Restoration Builders of NWI.

Feliciano prie pour de l’aide et pour les jours ensoleillés à venir parce que les bâches sur son toit en ce moment ne peuvent bloquer qu’une quantité de pluie.

Elle a récemment déposé une deuxième réclamation auprès de State Farm et attend patiemment de voir si l’assurance la couvrira cette fois-ci.

LE PDG TIMOTHY CAWLEY DIT AUX ACTIONNAIRES CON EDISON CRÉE UN AVENIR ÉNERGÉTIQUE PROPRE

NEW YORK, 16 mai 2022 /PRNewswire/ — Président-directeur général de Con Edison Timothée Cawley a déclaré aux actionnaires lors de l’assemblée annuelle virtuelle de l’entreprise que l’entreprise accélère ses travaux pour créer un avenir énergétique propre qui profite à tous dans la région, y compris les communautés historiquement défavorisées.

Cawley a appelé la feuille de route de l’entreprise Clean Energy Commitment Con Edison pour l’avenir et a réitéré le plan de l’entreprise de fournir une énergie 100% sans émissions d’ici 2040.

Il a remercié tout particulièrement les employés de l’entreprise et les dirigeants de la section locale 1-2, de la section locale 3 et de la section locale 503 pour leur contribution au succès de l’entreprise.

« Ce sont des partenaires exceptionnels et précieux », a-t-il déclaré. « Ensemble, nous construisons l’avenir de l’énergie propre pour tous. Ensemble, nous le réalisons maintenant et pour les générations à venir. »

La société a commencé à construire des projets de transmission qui connecteront au réseau une source d’énergie de plus en plus renouvelable et permettront le retrait des centrales à combustibles fossiles, ce qui signifie un air plus pur. Con Edison investit 800 millions de dollars sur des projets en Staten Island, Reines et Brooklynil a dit.

Cawley a déclaré que la société souhaitait jouer un rôle encore plus important dans la garantie d’un avenir durable. C’est pourquoi Con Edison plaide pour la propriété des services publics de production d’énergie renouvelable à grande échelle.

Au nom de ses clients, Con Edison joue un rôle essentiel dans le maintien de la propreté de l’environnement de la région pour les générations futures, a déclaré Cawley. Les dépenses consacrées aux programmes d’efficacité énergétique tripleront pour atteindre plus de 1,5 milliard de dollars d’ici 2025.

Avec Edison et Orange et Rockland Utilities Inc. offrent des programmes d’efficacité énergétique qui versent aux clients des incitatifs pour des mises à niveau qui réduisent leur consommation d’énergie. Les programmes couvrent tous les types de groupes de clients.

La société modifie son approche de ses systèmes de distribution de gaz, a déclaré Cawley.

L’évolution se fera vers des alternatives de chauffage plus propres et plus efficaces. L’entreprise investit 100 millions de dollars dans la recherche et le développement et l’exploration de technologies telles que l’hydrogène vert, le gaz naturel renouvelable et la capture et le stockage du carbone, a-t-il déclaré.

Cawley a noté le soutien de l’entreprise à la transition vers les véhicules électriques, y compris les changements dans sa propre flotte. Il a déclaré que chaque nouvelle voiture de tourisme achetée par la société est un véhicule électrique. L’entreprise aide à installer 20 000 chargeurs d’ici 2025.

Cawley a souligné les efforts de diversité de l’entreprise visant à garantir que chaque employé se sente valorisé, respecté et inclus, s’engageant à aborder l’équité en milieu de travail tout en continuant à transformer la culture d’entreprise grâce à un dialogue continu et à la formation de l’entreprise.

Malgré les défis de l’année écoulée, Con Edison reste une entreprise solide et stable, a-t-il déclaré.

Le dividende de Con Edison Inc. a de nouveau augmenté, maintenant pour la 48e année consécutive – la plus longue séquence de toutes les sociétés énergétiques du S&P 500. Les investisseurs constatent une 6 cents augmenter en 2021 pour 3,16 $ par action.

Consolidated Edison, Inc. est l’une des plus grandes sociétés de livraison d’énergie appartenant à des investisseurs du pays, avec environ 14 milliards de dollars en revenus annuels et 64 milliards de dollars en actifs. La société propose une large gamme de produits et services liés à l’énergie à ses clients par l’intermédiaire des filiales suivantes : Consolidated Edison Company of New YorkInc. (CECONY), un service public réglementé fournissant un service d’électricité dans La ville de New York et celui de New York Comté de Westchesterservice de gaz à Manhattanla Bronxparties de Reines et des parties de Westchesteret service de vapeur dans Manhattan; Orange et Rockland Utilities, Inc. (O&R), un service public réglementé desservant des clients dans une zone de 1 300 milles carrés dans le sud-est État de New York et du nord New Jersey; Con Edison Clean Energy Businesses, Inc., le deuxième plus grand propriétaire de projets d’électricité solaire en Amérique du Nord, qui, par l’intermédiaire de ses filiales, développe, possède et exploite des projets d’infrastructure d’énergie renouvelable et durable et fournit des produits et services liés à l’énergie aux clients de gros et de détail ; et Con Edison Transmission, Inc., qui relève principalement de la supervision de la Federal Energy Regulatory Commission et, par l’intermédiaire de ses filiales, investit dans des projets de transmission électrique soutenant les efforts de sa société mère pour passer à une énergie propre et renouvelable. Con Edison Transmission gère, par le biais de coentreprises, des actifs électriques et gaziers tout en cherchant à développer des projets de transmission électrique qui apporteront de l’électricité propre et renouvelable aux clients, en se concentrant sur New Yorkla Nouvelle-Angleterre, les États du centre de l’Atlantique et le Midwest.

SOURCECon Edison Inc.

Un homme arrête les rénovations du bâtiment de NYC – et dit qu’il a parfaitement le droit de rester – NBC New York

Un homme de Manhattan insiste sur le fait qu’il reste sur place après la vente de son immeuble, refusant de déménager et bloquant ainsi un important plan de réaménagement de 70 millions de dollars.

Il y a eu des résistants comme lui dans le passé dans toute la ville, mais contrairement à de nombreux cas précédents, son appartement sur la 84e rue ouest près de Broadway n’est pas contrôlé ou stabilisé par les loyers – mais les protections COVID gardent un toit au-dessus de sa tête.

Ahmet Nejat Ozsu partage son appartement de l’Upper West Side avec sa chienne, Penelope, depuis 15 ans. Mais lorsque de nouveaux propriétaires ont repris l’immeuble, son bail mensuel a expiré.

Depuis lors, Ozsu se bat pour rester dans l’appartement, affirmant que la pandémie de COVID-19 est une circonstance unique.

« J’ai besoin de temps. J’ai besoin de temps pour trouver un travail et un endroit », a-t-il déclaré à NBC New York. « Je n’avais pas le revenu, un revenu stable. Je n’avais pas travaillé depuis deux ans. »

Ozsu dit que COVID a réduit ses revenus en tant qu’ingénieur logiciel indépendant et dit qu’il n’a pas pu se qualifier pour une nouvelle location. Mais le propriétaire de l’immeuble a déclaré qu’Ozsu n’avait pas de bail depuis 2017.

Un avocat du propriétaire de l’immeuble dit qu’il doit un loyer depuis octobre – le propriétaire disant que sans bail valide et avec plusieurs mois de retard sur le loyer, Ozsu doit partir. Le propriétaire a également intenté une action en justice de 25 millions de dollars contre lui, affirmant que le locataire « tente malicieusement de contrecarrer et d’entraver » le développement, alors qu’il envisage de réaménager et de convertir la propriété en condos.

« Il n’a aucun droit légal d’être dans cette unité », a déclaré l’avocat David Scharf, qui représente le propriétaire de l’immeuble.

Ozsu n’est pas d’accord.

« Il y a deux choses qui m’ont légalement mis ici : pendant le moratoire, il y a un moratoire. Et puis l’ERAP, qui est toujours ouvert », a-t-il déclaré.

ERAP signifie « Emergency Rental Assistance Program », le programme de l’État de New York financé par le gouvernement fédéral pour fournir une aide au loyer aux personnes touchées par le COVID. Ozsu a déposé une plainte en janvier.

« Il attendra des mois, de nombreux mois, puis l’argent arrivera. Et il aura une location sûre pendant probablement environ un an. Maintenant, il a une plainte de victime de représailles qui lui donnera probablement deux ans », a déclaré Ozsu. avocat, Adam Leitman Bailey.

Scharf a déclaré que le propriétaire de l’immeuble avait proposé à Ozsu un appartement dans un immeuble comparable à un loyer comparable pendant deux ans, mais a déclaré qu’il n’avait pas encore répondu à l’offre.

Tous les autres locataires de l’immeuble ont conclu un accord avec la direction de l’immeuble, faisant d’Ozsu le dernier locataire debout.

Mais son histoire de récalcitrant n’est pas unique à New York. Lorsque la construction était en cours au 15 Central Park West, un locataire récalcitrant aurait finalement reçu un paiement de 17 millions de dollars.

« Je ne regarde pas vers l’avenir, car c’est une réponse future. Je regarde ce qui se passe en ce moment et ce que je dois faire », a déclaré Ozsu.

« Un jour, ils peuvent lui faire une offre que nous ne pouvons pas refuser, n’est-ce pas? Cela pourrait arriver. Je ne compte pas cela », a déclaré Bailey. « Mais pour aujourd’hui, demain et maintenant, nous nous battons pour sa vie et sa capacité à vivre en paix et c’est tout ce qui nous intéresse maintenant. »

1,75 crore maisons, sur 2,28 crore ont été achevées, dit le Centre

New Delhi: Le 16 mars 2022, le gouvernement central a informé que 1,75 crore de maisons avaient été achevées sous Pradhan Mantri Awaas Yojana – Gramin (PMAY-G).

Le ministre de l’Union pour le développement rural, Sadhvi Niranjan Jyoti, dans une réponse écrite à Rajya Sabha le 16 mars 2022, a déclaré que dans le cadre du programme, 2,28 crores de maisons ont été sanctionnés pour les bénéficiaires, dont 1,75 crore de maisons ont été achevées le 9 mars, 2022.

« Les directives PMAY-G prévoient la construction d’une maison dans les 12 mois à compter de la date de sanction de celle-ci au bénéficiaire. L’aide est versée au bénéficiaire en un minimum de 3 versements liés à différentes étapes d’achèvement comme à l’époque de sanction, fondation, socle, rebord de fenêtre, linteau, toit, etc. Étant donné que les chiffres de la sanction et de l’achèvement de la maison sont dynamiques et qu’il y a un écart de 12 mois entre la sanction de la maison et son achèvement, il y aurait donc toujours un écart entre les chiffres des maisons sanctionnées et des maisons construites pendant la mise en œuvre du programme », a-t-elle déclaré.

Le ministre a déclaré que pendant la période de confinement à l’échelle nationale provoquée par la pandémie de COVID-19, toutes les activités de construction, y compris la construction de maisons sous PMAY-G, ont également été affectées, ce qui a retardé le rythme de construction des maisons PMAY-G.

« En outre, les retards sont également dus au retard dans la libération de la part centrale et de l’État du Trésor de l’État au compte nodal de l’État du PMAY-G, des cas de refus des bénéficiaires d’achever la construction, de la migration, de la succession contestée des bénéficiaires décédés, du retard dans l’attribution de terres aux bénéficiaires sans terre par les États/UT et parfois celles qui se produisent en raison des élections générales/Assemblée/Panchayat, de l’indisponibilité des matériaux de construction, etc. », a-t-elle ajouté.

Elle a également informé que le Cabinet de l’Union avait approuvé la poursuite du PMAY-G au-delà de mars 2021 jusqu’en mars 2024 pour l’achèvement des maisons restantes dans l’objectif cumulé de 2,95 crores de maisons sous PMAY-G.

Lisez tous les Dernières nouvelles, Nouvelles tendances, Nouvelles du cricket, Nouvelles de Bollywood,
Nouvelles de l’Inde et Nouvelles du divertissement ici. Suis nous sur Facebook, Twitter et Instagram.

Poutine dit que la Russie et la Biélorussie ont fait de « sérieux progrès » dans la construction de « l’État de l’Union »

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken, avec l’ambassadrice américaine à l’ONU Linda Thomas-Greenfield, à gauche, lors d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU sur l’Ukraine, le 17 février, à New York. (Timothy A. Clary/AFP/Getty Images)

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré que la Russie préparait le terrain pour justifier le déclenchement d’une guerre et se préparait à lancer une attaque contre l’Ukraine dans les prochains jours, exhortant Moscou à changer de cap lors d’une réunion tendue du Conseil de sécurité des Nations unies jeudi.

Blinken a modifié ses plans de voyage afin qu’il puisse prendre la parole lors de la réunion de l’ONU de jeudi, où le haut diplomate américain a déclaré qu’il détaillait les renseignements américains sur les tentatives de la Russie de fabriquer un prétexte pour une invasion dans le but « d’influencer la Russie pour qu’elle abandonne la voie de la guerre et choisisse un chemin différent pendant qu’il est encore temps. »

Je ne suis pas ici aujourd’hui pour déclencher une guerre, mais pour en empêcher une », a déclaré Blinken.

Les États-Unis affirment que des preuves à la frontière ukrainienne montrent que la Russie « se dirige vers une invasion imminente » et ne retire pas ses troupes, malgré les affirmations de Moscou. Les commentaires de Blinken et d’autres hauts responsables américains jeudi – y compris l’avertissement brutal du président Joe Biden selon lequel il pensait qu’une attaque se produirait « dans les prochains jours » – ont marqué un sentiment d’urgence encore plus grand de la part de l’administration Biden que les actions de la Russie indiquaient que le Kremlin était aller de l’avant avec des plans de guerre.

« Tout indique que nous avons, c’est qu’ils sont prêts à entrer en Ukraine, à attaquer l’Ukraine », a déclaré Biden aux journalistes alors qu’il quittait la Maison Blanche jeudi.

La Russie a une fois de plus rejeté l’idée qu’elle se préparait à attaquer l’Ukraine comme des « accusations sans fondement ».

Dans son discours au Conseil de sécurité, Blinken a exposé plusieurs mesures que les États-Unis attendaient de la Russie dans les prochains jours pour tenter de justifier une action militaire en Ukraine. Il a déclaré que Moscou essaierait probablement de générer un prétexte pour la guerre, qui pourrait être un attentat terroriste fabriqué à l’intérieur de la Russie, la découverte inventée d’une fosse commune ou une frappe de drone mise en scène.

« La Russie peut décrire cet événement comme un nettoyage ethnique ou un génocide, se moquant d’un concept que nous, dans cette chambre, ne prenons pas à la légère », a déclaré Blinken.

Blinken a déclaré que les hauts responsables russes étaient susceptibles de tenir des réunions urgentes avant une attaque qui comprendrait des bombardements russes à travers l’Ukraine et des cyberattaques. Il a ajouté que les États-Unis pensaient que Moscou avait déjà sélectionné des cibles sur lesquelles les chars et les troupes russes avanceraient, y compris la capitale ukrainienne, Kiev.

Blinken a reconnu « que certains ont remis en question nos informations », faisant un signe de tête aux problèmes passés avec les services de renseignement américains à l’approche de la guerre en Irak. Mais il a déclaré que les États-Unis seraient soulagés si leurs prédictions s’avéraient incorrectes et que la Russie changeait de cap.

Lire l’histoire complète :

Les États-Unis affirment que des preuves suggèrent que

Effondrement du bâtiment d’Ikoyi : LASBCA dit qu’ils ont été empêchés d’inspecter le bâtiment pendant la construction

La Lagos State Building Control Authority (LASBCA) a déclaré à un tribunal du coroner d’Ikeja que feu M. Femi Osibona, directeur général de Fourscore Heights Ltd., avait empêché ses agents d’accéder au chantier de construction du bâtiment de 21 étages effondré.

Cela a été révélé vendredi par Mme Oluseun Randle, directrice adjointe en charge de l’Inspection du contrôle de la qualité de LASBCA lors de son contre-interrogatoire par M. Ola Adeosun, l’avocat de Prowess Engineering Nigeria Ltd.

Elle a également révélé que M. Osibona avait été arrêté pendant la construction par une équipe conjointe de la LASBCA et de la LASPPPA pour avoir enfreint les lois sur la certification et la planification.

Ce que dit le directeur adjoint de LASBCA

Mme Randle a déclaré que la LASBCA s’était rendue sur le site à trois reprises pour vérifier le niveau de conformité, mais n’avait pas été autorisée à accéder aux agents de sécurité.

«Un officier a rendu visite pour la première fois le 13 février 2019, il a regardé par une petite ouverture dans la porte et a observé du matériel d’empilage.

« Il s’est rapproché pour observer l’opération d’empilage et accéder aux locaux. Les agents de sécurité qui occupaient les lieux ne lui ont pas permis d’entrer.

«On lui a seulement demandé d’attendre à l’extérieur de la porte le développeur (Osibona). Après quelques minutes, le promoteur est venu et l’agent lui a dit qu’il voulait signifier un avis.

« Il (Osibona) lui a dit qu’il ne pouvait pas entrer et que s’il essayait d’entrer de force, il dirait à la sécurité de libérer les chiens.

«L’agent de surveillance a signifié un avis de contravention et un ordre d’arrêt des travaux datés du 13 février 2019 sur la structure. L’avis et la commande doivent être exécutés dans les 48 heures,», a déclaré Mme Randle.

Mme Randle a également révélé que M. Osibona avait été arrêté le 10 juin 2020 pour infraction à la loi.

«Il a été arrêté avec sa femme et son personnel pour avoir enfreint les lois sur la certification et l’urbanisme.

« Ils ont été arrêtés par une équipe conjointe de LASCA et de LASPPPA. Les agents de sécurité à la porte ont adopté une attitude en résistant à l’accès de l’équipe à la propriété.

« Il a été reconnu coupable d’avoir enfreint la loi » elle a dit.

Dans le cas où vous l’avez manqué

Nairametrics avait rapporté que LASBCA avait déclaré que la construction des 3 immeubles de grande hauteur à Gerrard Road, Ikoyi, Lagos avait commencé avant que l’approbation provisoire ne soit accordée.

Il a également signalé que le corps de M. Femi Osibona, le propriétaire de Fourscore Homes, avait été retrouvé sur le site quelques jours après l’effondrement du bâtiment.

« La tuile s’est fissurée pendant que les enfants étaient dans le bain », dit maman dont la nouvelle maison immobilière de 300 000 £ à Banbury a commencé à déménager à cause de l’affaissement

Les maisons faisant l’objet de travaux d’assainissement d’urgence sont désormais derrière des barrières de sécurité

La mère de deux enfants a déclaré qu’il avait fallu des années de pression avant que les constructeurs de maisons Taylor Wimpey ne la relogent dans un logement privé et acceptent de reconstruire sa maison et quatre autres dans le développement de Crouch Hill Road, Banbury.

Pendant ce temps, les voisins ont déclaré que les affirmations selon lesquelles les « racines des arbres » avaient causé la défaillance des fondations dans six des nouvelles maisons étaient « risibles ».

La mère, qui ne veut pas être nommée, a parlé au Banbury Guardian après avoir vu l’histoire sur la façon dont les constructeurs de maisons Taylor Wimpey et le National House-Building Council (NHBC) reconstruisaient les propriétés après l’échec des fondations et les occupants ont subi de graves problèmes. avec leurs maisons.

S’inscrire à notre newsletter quotidienne Banbury Guardian Today

Le bulletin d’information couper le bruit

La route avant la construction du développement de Taylor Wimpey – le terrain descend vers une zone boisée où les enfants avaient l’habitude de plonger dans l’étang

« Certains occupants ont vendu et déménagé, et certains d’entre nous ont été transférés dans un logement temporaire. J’y vivais en tant que mère célibataire de deux jeunes enfants. Il y a environ cinq ans, j’ai remarqué des fissures dans le mur et ma porte d’entrée était impossible à ouvrir à tout cela parfois à cause d’un affaissement déplaçant le cadre de la porte. Il y a eu beaucoup de plaintes et d’enquêtes », a-t-elle déclaré.

« À un moment donné, un carrelage de la salle de bain s’est fissuré pendant que mes enfants étaient dans le bain. Tout cela a progressé jusqu’à des trous de quatre pouces dans les murs avec le vent qui traversait, la chaudière étant condamnée en raison du mouvement, nous avons donc dû y vivre un hiver sans chauffage central ni eau chaude.

« Il m’a fallu des années de pression pour signaler que je ne me sentais pas en sécurité dans la maison pour que quoi que ce soit se produise et c’était un stress énorme, surtout quand j’étais physiquement incapable de verrouiller ma porte d’entrée en raison du changement de mouvement et du changement de la forme réelle de la clé de la porte d’entrée trou.

« J’ai dû pousser et pousser pour être transféré dans un logement temporaire, ce qui s’est finalement produit en mars dernier. Aucun travail n’a commencé avant la fin du mois dernier (janvier). Les quatre autres maisons appartiennent à une association de logement.

Les plans du développement Taylor Wimpey 2014 sur Crouch Hill Road

« Les géomètres qui venaient régulièrement ne cessaient de mentionner les racines des arbres, mais certains mentionnaient des sols marécageux. Ils ont installé une mesure temporaire d’un étayage en acier dans mon salon (pour maintenir le plafond en place) et il est resté là pendant deux ans avant que je sois finalement déménagé. . »

La mère a déclaré que son logement locatif privé était payé par la NHBC pendant les travaux. Elle ne pourra pas réemménager dans la propriété avant au moins fin août. Elle a déclaré que deux des propriétés concernées sont des propriétés privées et quatre sont des maisons d’associations de logement.

Les maisons ont été construites en 2014. La maman a emménagé pendant l’été 2017 et a été relogée en mars 2021. Elle a pris conscience de fissures quelques mois après son emménagement.

Les voisins et ceux qui fréquentaient la région bien avant la construction des maisons ont méprisé l’affirmation selon laquelle les racines des arbres avaient causé l’affaissement. Sur les réseaux sociaux, de vieux Banburians ont déclaré que la région avait été parsemée de tourbières, d’étangs et de ruisseaux. L’un d’eux a dit qu’il avait l’habitude d’aller dans cette région il y a 50 ans. Il a dit qu’il y avait deux grands étangs à proximité.

Un voisin, vivant dans les maisons d’origine des années 1930 sur Crouch Hill Road, a déclaré: « Cela me fait rire qu’ils blâment les racines des arbres existants. Les arbres sont préexistants et n’importe quel constructeur digne de ce nom aurait sûrement creusé des fondations plus profondes en premier lieu pour compenser la présence d’arbres, ou être moins gourmand et ne pas entasser les maisons en cul-de-sac dans les petits interstices derrière les maisons sur Crouch Hill Road lui-même.

« Je ne sais pas non plus ce que faisait le contrôle des bâtiments – celui qui a signé les fondations trop peu profondes n’aurait pas dû le faire. »

Dans un rapport cette semaine (lundi), le Banbury Guardian a été informé par Taylor Wimpey: «Nous sommes désolés qu’un petit nombre de propriétés à Crouch Hill aient rencontré des problèmes avec les fondations de leurs maisons et nous nous excusons sincèrement pour toute détresse et perturbation que cela a causées. aux résidents. Ces problèmes sont liés aux dommages causés par les racines des arbres existants.

«Nous avons travaillé en étroite collaboration avec le National Housebuilding-Council (NHBC), qui mène actuellement un programme de travaux de réparation pour les maisons touchées dans le cadre de leur garantie Buildmark. Nous continuerons à fournir un soutien là où nous le pourrons.

Le NHBC a déclaré: « Nous pouvons confirmer que nous avons été contactés par les propriétaires du développement de Crouch Hill Road et traitons les réclamations sous la couverture fournie par leur police NHBC. »

« La construction de maisons doit être inspectée et approuvée par les agents de contrôle des bâtiments à différentes étapes de la construction pour s’assurer que chaque élément est sain avant que la construction ne se poursuive. Cela peut être fait par l’équipe de contrôle des bâtiments du conseil de district ou cela peut être fait en privé, ce qui s’est passé dans ce Les inspections ont été effectuées et approuvées par la NHBC, mais ils disent que la responsabilité ultime du contrôle de la qualité incombe au constructeur.

«En tant qu’inspecteur agréé en Angleterre et au Pays de Galles, NHBC Building Control Services Limited effectue des évaluations de plans et des inspections périodiques à des étapes clés de la construction d’un développement afin d’évaluer, dans la mesure du possible, que les maisons sont conformes aux règlements de construction en vigueur à le temps de la construction.

« La fonction de contrôle du bâtiment, qu’elle soit fournie par NHBC Building Control Services Limited, une autorité locale ou un autre inspecteur agréé, ne remplace pas les propres contrôles de qualité du constructeur et ses obligations de construire conformément aux réglementations en matière de construction. La responsabilité principale de la mise en conformité avec les règlements de construction incombe au constructeur. »

Nous avons demandé aux deux organisations une réponse aux commentaires les plus récents sur la question.

Il y a dix ans, on a dit à cette femme de déménager sa cabane pour faire place à sa maison RDP. Maintenant elle a 74 ans et attend toujours

À 74 ans, Nompumelelo Watani dit qu’elle a perdu tout espoir d’obtenir la maison RDP qui lui avait été promise il y a dix ans.

  • Il y a dix ans, Nompumelelo Watani a reçu l’ordre de déplacer sa cabane, afin que sa maison RDP puisse être construite.
  • Aucune maison n’a été construite pour elle, à ce jour, et elle a maintenant 74 ans et utilise un fauteuil roulant.
  • Au lieu de cela, elle a été forcée de déplacer sa cabane une deuxième fois, pour faire place à une route goudronnée.

Nompumelelo Watani, du quartier informel de Gomora à Mdantsane, vit dans une cabane d’une pièce, avec ses trois petits-enfants et sa fille au chômage.

Elle a 74 ans et utilise un fauteuil roulant. Sa cabane est située à quelques mètres d’un égout et à côté d’un dépotoir. La cabane est faite de vieilles tôles de zinc trouées et fuit quand il pleut.

Elle obtient de l’électricité grâce à une connexion illégale à un lampadaire. Elle partage des toilettes avec cinq autres ménages.

En 2012, Watani et d’autres résidents ont été invités par le conseiller du quartier 17, Phumla Yenana (ANC), à déplacer leurs cabanes pour faire place aux maisons RDP.

À l’époque, Watani avait une cabane de deux pièces.

« J’ai dû embaucher des gens pour m’aider à déplacer ma cabane… Quand j’y pense, je pleure. Je suis la première personne qui a commencé ce quartier informel, il y a 23 ans… Je suis un électeur, mais ce gouvernement ne se soucient de nous, les personnes âgées. J’ai vu des jeunes recevoir des maisons pendant que j’attendais », dit-elle.

Puis, en 2019, Watani et un certain nombre d’autres résidents ont reçu l’ordre de déplacer à nouveau leurs cabanes. On leur a dit que l’entreprise de construction devait d’abord construire les rues, puis les maisons RDP.

Elle a dit:

Nous n’avons pas posé de questions. J’ai dû trouver un autre endroit pour déplacer ma cabane. Yenana a dit que cela prendra quelques mois. J’ai choisi de louer dans une arrière-cour parce que je ne pouvais pas trouver d’espace ouvert.

Les mois sont devenus des années et Watani ne pouvait pas continuer à payer 500 rands de loyer en tant que jardinier.

« J’ai dû trouver un autre endroit… C’est le seul endroit que j’ai pu trouver – à côté des égouts. Au moins, ce n’est pas loin des toilettes », dit-elle.

Le déménagement a réduit la taille de sa cabane. « J’ai perdu la plupart du matériel avec ce déménagement. Mes meubles sont également cassés. »

Sa fille, Thozama, dit qu’elle est au chômage et qu’elle n’a pas d’argent pour aider sa mère. Elle dit que sa mère est stressée et souvent malade.

« Quand il pleut, on dort à peine… Il faut vider l’eau. Ma mère pleure toujours parce que sa cabane était mieux avant ce mouvement de va-et-vient », dit-elle.

une femme noire âgée est assise sur un ch orange en plastique

Nompumelelo Watani devant sa cabane dans le campement informel de Gomora à Mdantsane.

Yenana a déclaré que le retard avait été causé par le licenciement de Siyavuna Trading, qui était censé faire la construction. La société fermée basée à Johannesburg a laissé des centaines de maisons RDP non construites dans les quartiers informels de Walter Sisulu, Francis Mel, Hani Park, Winnie Mandela, Mahlangu, Gwentshe, Mathemba Vuso et Daluxolo.

Le porte-parole de la municipalité, Bathandwa Diamond, a déclaré que Watani était bénéficiaire du projet de 75 maisons Mathemba Vuso et que sa subvention avait été approuvée.

Diamond a déclaré que les routes et l’infrastructure des eaux pluviales du projet avaient été achevées. Elle a déclaré que l’Agence de développement du logement (HDA) nommerait un entrepreneur ce mois-ci pour construire les infrastructures d’eau et d’égouts, ainsi que les maisons. Le projet devrait être achevé en 12 mois.

La conseillère actuelle du quartier 17, Veliswa Mrwebi (ANC), a déclaré qu’elle était au courant des conditions de vie de Watani et en avait informé le premier ministre du Cap oriental, Oscar Mabuyane.


Ne manquez jamais une histoire. Choisissez parmi notre gamme de newsletters pour recevoir les nouvelles que vous voulez directement dans votre boîte de réception.

Le laboratoire du crime de l’Arkansas a besoin de plus de personnel et d’un nouveau bâtiment, dit le directeur aux législateurs

Après avoir entendu que le délai d’exécution moyen est d’environ 10 mois, les législateurs de l’Arkansas ont déclaré qu’ils souhaitaient que le State Crime Laboratory soit en mesure de se conformer à une loi de 2019 exigeant la réalisation de tests sur les kits de preuves d’agression sexuelle dans les 60 jours suivant leur réception.

Les législateurs prévoient également d’examiner de plus près les besoins en bâtiments du Crime Lab, après avoir appris qu’un consultant avait fixé un prix d’environ 183 millions de dollars pour un nouveau bâtiment destiné à remplacer le bâtiment vieux de 40 ans du laboratoire à l’ouest de Little Rock.

Ces questions ont été discutées la semaine dernière lors de l’audience du Conseil législatif de l’Arkansas et du Comité budgétaire conjoint sur le budget proposé par le Département de la sécurité publique de l’État pour l’exercice 2023 avant la session législative fiscale commençant le 14 février. L’exercice 2023 commence le 1er juillet.

Le budget du Crime Lab, qui relève du ministère de la Sécurité publique, s’élève à environ 18 millions de dollars par an, et la part de l’État est d’environ 13 millions de dollars par an, a déclaré le directeur du Crime Lab, Kermit Channell.

Selon le cabinet de conseil Smith Group, basé à Phoeniz. Le Crime Lab a été créé par la loi 517 de 1977.

Le laboratoire participe également avec plusieurs agences fédérales à la collecte de données d’ADN, d’empreintes digitales latentes et d’armes à feu.

TOUJOURS UN ARRIÉRÉ

Lors de l’audience budgétaire de mardi, le sénateur Bart Hester, R-Cave Springs, a demandé s’il y avait encore un arriéré de kits de preuves d’agression sexuelle et si le laboratoire disposait de suffisamment de personnel pour se conformer à la loi de l’État.

Channell a déclaré que la loi 839 de 2019 « nous obligeait à avoir un délai d’exécution de l’arriéré [for the kits] essentiellement de 60 jours… et nous ne sommes pas encore en mesure de remplir cette exigence. »

Il a déclaré que le laboratoire est l’un des plus efficaces du pays et du monde.

En 2020, l’American Society of Crime Laboratory Directors a déclaré que l’Arkansas Crime Laboratory est l’un des laboratoires médico-légaux les plus performants au monde.

« N° 1, nous sommes efficaces et n° 2, pouvons-nous faire face à l’arriéré ? » il a dit. « Si non, quelle sera la solution ? »

Hester a répondu: « Je dirais que regardez-le d’ici la session fiscale, et nous sommes prêts à agir. »

Channell a déclaré qu’il y avait un arriéré d’environ 705 kits de preuves d’agression sexuelle dans lesquels un rapport ADN n’a pas été publié.

Le délai d’exécution des kits est d’environ 10 mois, « pas 60 jours, donc ce sont des choses que nous examinons », a-t-il déclaré.

Channell a déclaré que le laboratoire reçoit environ 70 à 80 kits de preuves d’agression sexuelle par mois et que chaque analyste ADN peut faire quatre ou cinq kits par semaine en plus d’autres tâches.

Par la suite, il a déclaré dans une interview que le laboratoire comptait 13 analystes ADN traitant les kits et deux autres en formation. Le laboratoire est en train d’embaucher deux autres analystes, a-t-il dit.

Channell a déclaré que le laboratoire avait probablement besoin de cinq analystes ADN supplémentaires « pour arriver là où nous voulons être ». Il a dit qu’il devrait trouver de bonnes personnes qualifiées sortant de l’université et les former au cours de la prochaine année.

Il a dit qu’il aimerait ajouter cinq autres médecins légistes. Leur salaire de départ est de près de 46 000 dollars par an, a-t-il déclaré.

Si le laboratoire est autorisé à embaucher cinq médecins légistes supplémentaires, il lui faudrait jusqu’à la fin de 2023 pour réduire l’arriéré de kits là où il devrait être, car le programme de formation dure un an, a-t-il déclaré.

Channell a déclaré aux législateurs que le laboratoire avait 11 postes vacants parmi ses 148 postes. Le taux de roulement du laboratoire est d’environ 10% par an, ce qui est relativement bon pour une agence d’État, a-t-il déclaré.

Les deux sens. Joyce Elliott, D-Little Rock, et Blake Johnson, R-Corning, ont déclaré que l’arriéré était inacceptable.

Elliott a déclaré qu’elle applaudissait le laboratoire pour son efficacité, « mais si nous ne sommes pas efficaces en même temps, c’est une toute autre chose ».

BESOINS DE CONSTRUCTION

Le sénateur Kim Hammer, R-Benton, a demandé si la capacité du laboratoire à être efficace est limitée en raison de son bâtiment.

« Avec la science médico-légale, il y a toujours un besoin croissant et notre bâtiment a environ 40 ans », a déclaré Channell.

Le bâtiment se trouve au 3 Natural Resources Drive à l’ouest de Little Rock et est adjacent aux bâtiments du ministère de l’Agriculture de l’Arkansas et de la Commission du gibier et du poisson de l’Arkansas.

Channell a déclaré que le groupe Smith a terminé une étude de faisabilité financée par des fonds de subvention fédéraux pour projeter ce dont le Crime Lab a besoin pour un nouveau bâtiment qui durera 30 ans. Le groupe Smith a travaillé avec Polk, Stanley, Wilcox Architects de Little Rock, a-t-il déclaré.

Le représentant Jim Wooten, R-Beebe, a pressé Channell d’obtenir l’estimation du consultant du coût de construction d’un nouveau bâtiment pour maintenir la certification.

« C’est essentiel pour soutenir les forces de l’ordre et les procureurs et tout le monde », a-t-il déclaré.

« Nous n’avons pas de montant budgété », a déclaré Channell, mais a ajouté que le prix estimé était d’environ 183 millions de dollars.

« Je ne sais pas où je demande 183 millions de dollars », a-t-il déclaré lorsque Hester a demandé à quelle partie du gouvernement de l’État Channell chercherait un financement pour un nouveau bâtiment.

« Je sais que c’est une grosse demande. »

Selon le rapport du Smith Group, le bâtiment du laboratoire a subi une longue rénovation qui a commencé en 1997 et s’est terminée en 2002.

Les subventions fédérales ont payé pour les rénovations et elles ont aidé, a déclaré Channell.

« Mais je pense que nous sommes à un endroit de l’Arkansas où nous allons jeter un coup d’œil et déterminer comment nous allons avancer dans le temps », a-t-il déclaré.

L’installation est à pleine capacité sans aucune option pratique de rénovation ou d’agrandissement sur place, a déclaré le consultant.

« Le bâtiment tel qu’il existe aujourd’hui est continuellement affecté par des systèmes mécaniques, électriques et de plomberie obsolètes, des capacités structurelles inadéquates et des espaces inflexibles », a déclaré le groupe Smith.

« Ces défis ont un impact sur les efforts d’optimisation du flux de travail, la capacité d’augmenter la productivité de la section (grâce à une instrumentation et des équipements supplémentaires) et, dans certains cas, un risque pour la sûreté et la sécurité (systèmes d’admission, de ventilation et électriques décevants). »

Une installation d’environ 190 000 pieds carrés serait nécessaire pour répondre aux besoins de l’État jusqu’en 2051, a déclaré le Smith Group.

« Sur la base des tendances nationales des coûts, le coût total du projet à mi-parcours potentiel de la période de construction de 2024 est d’environ 182 $ [million] », y compris un coût de construction prévu d’environ 136 millions de dollars, selon le groupe Smith.

L’achèvement d’une nouvelle installation devrait nécessiter 15 mois de conception, y compris la programmation, suivis d’une période de construction de 24 mois, a déclaré le groupe Smith.

Lors de l’audience budgétaire de mardi, Hammer a déclaré qu’il souhaitait que les preuves des affaires de crimes violents soient traitées en temps opportun par le laboratoire. Il a donc demandé s’il s’agissait d’un problème de construction, d’un problème de personnel ou des deux qui empêchaient cela de se produire.

Channell a dit que c’était les deux.

« Vous devez disposer d’un espace suffisant pour grandir », a-t-il déclaré. « Avec les changements de la technologie médico-légale, vous devez disposer de toute l’infrastructure adéquate pour prendre en charge cela.

« Très franchement, si vous me donniez 20 personnes aujourd’hui, je n’aurais pas la capacité de les héberger », a déclaré Channell.

Il n’y a pas de place pour agrandir le bureau du médecin légiste au sous-sol de l’immeuble, a-t-il déclaré.

Le représentant Mark Berry, R-Ozark, a déclaré qu’il avait visité le Crime Lab et qu’il avait encouragé d’autres législateurs de l’État à visiter pour en savoir plus sur les besoins du laboratoire.

« Il est beaucoup plus aimable que je ne le serais si j’étais assis à sa place », a déclaré Berry, faisant référence à Channell.

Tout matériel exigé par la belle-famille, y compris l’argent pour la construction d’une maison, est une dot : ce que SC a dit

La loi interdisant d’exiger ou de donner une dot, il n’est pas rare de nos jours d’en obtenir indirectement, au moment du mariage ou plus tard.

Cela comprend des bijoux «cadeaux», des voitures, des maisons et bien d’autres. Mais la Cour suprême a jugé que tout matériel demandé à une femme par sa belle-famille relève de la dot et est donc illégal.

Le SC a annulé l’ordonnance du tribunal de grande instance du député

La SC a annulé une haute cour du Madhya Pradesh qui avait acquitté un mari et un beau-père pour un décès lié à la dot au motif que la victime avait elle-même demandé aux membres de sa famille de contribuer de l’argent pour construire une maison, ce qui ne peut être traité comme une dot demande.


PTI

Le tribunal a cependant réduit leur peine d’emprisonnement de rigueur à perpétuité imposée par un tribunal de première instance à une peine d’emprisonnement de rigueur de sept ans, qui est la peine minimale prescrite pour une infraction en vertu de l’article 304-B ​​CPI.

le Le banc SC du juge en chef NV Ramana a déclaré que l’article 304-B ​​avait été inséré dans l’IPC pour lutter contre le fléau social de la demande de dot qui a atteint des proportions alarmantes.

On ne peut pas faire valoir qu’en cas d’ambiguïté dans le langage utilisé dans la disposition, celle-ci devrait être interprétée strictement car cela reviendrait à aller à l’encontre de l’objet même de la disposition, a-t-il déclaré.

mariage
iStock

Ce qu’a dit SC

« À la lumière de la disposition (loi sur la dot) qui définit le mot « dot » et englobe tout type de propriété ou de valeur mobilière, à notre avis, la Haute Cour a commis une erreur en estimant que la demande d’argent pour la construction d’une maison ne peut être traitée comme une demande de dot », a déclaré la formation, composée également des juges AS Bopanna et Hima Kohli.

La cour suprême a déclaré que l’interprétation d’une disposition de la loi qui irait à l’encontre de l’intention même du législateur doit être évitée en faveur d’une interprétation qui favorisera l’objectif recherché par la législation destinée à éradiquer un mal social comme la demande de dot.

« Dans ce contexte, le mot ‘Dot’ devrait avoir un sens large afin d’englober toute demande faite à une femme, que ce soit à l’égard d’un bien ou d’un titre de valeur de quelque nature que ce soit.

mariage indien
BCCL

« Lorsqu’il s’agit d’affaires relevant de l’article 304-B ​​du CPI, une disposition légiférée pour agir comme un moyen de dissuasion dans la société et lutter contre le crime odieux des demandes de dot, le changement d’approche des tribunaux devrait être de strict à libéral, de restreint à dilaté », a déclaré le banc.

Bien qu’elle soit illégale, la dot continue d’être largement pratiquée dans tout le pays, quelle que soit la religion.

Selon les données du National Crime Records Bureau (NCRB), pas moins de 6 966 décès liés à la dot et 7 045 victimes ont été signalés en 2020. Cela se traduit par près de 20 décès par jour.

Pour en savoir plus sur les nouvelles et les actualités du monde entier, veuillez visiter Nouvelles de l’Indetime.