Le ministère de l’Énergie et des Infrastructures des Émirats arabes unis choisit la technologie Siemens pour alimenter le corridor de recharge des véhicules électriques du pays

-Siemens fournira des bornes de recharge ultra-rapides sur les autoroutes reliant les sept émirats
-Le ministère et Siemens ont signé un protocole d’accord (MOU) en octobre 2021 pour travailler ensemble sur des initiatives de durabilité et de numérisation dans les secteurs de l’énergie et des infrastructures
-Le corridor de recharge pour véhicules électriques est le premier projet à être livré dans le cadre du protocole d’entente


Le ministère de l’Énergie et de l’Infrastructure des Émirats arabes unis a sélectionné la technologie Siemens pour un réseau national de chargeurs de véhicules électriques ultra-rapides (VE) qui contribuera à réduire les émissions de carbone, à stimuler l’adoption des VE en s’attaquant à la soi-disant anxiété d’autonomie et à jeter les bases pour un système de transport plus connecté et durable.


Dix chargeurs ultra-rapides Siemens Sicharge D 160 kW seront installés sur les autoroutes de Ras Al Khaimah, Ajman, Umm Al Quwain et Fujairah. Pour répondre aux demandes changeantes du marché, les chargeurs ont une puissance évolutive jusqu’à 300 kW et peuvent être étendus avec des distributeurs externes supplémentaires pour jusqu’à deux câbles de charge supplémentaires. Tous sont des appareils connectés au cloud qui permettent aux opérateurs de surveiller et de gérer les chargeurs à distance.


« Les Émirats arabes unis sont déterminés et travaillent avec confiance pour réduire l’empreinte carbone à l’échelle nationale, en travaillant du côté de la demande, de l’offre et en travaillant sur nos différentes énergies et technologies futures pour réduire notre empreinte carbone », a déclaré Sharif Salim Al Olama, Under- Secrétaire du Ministère de l’Energie et de l’Industrie. « Les véhicules électriques font partie intégrante de cet effort, et fournir ce corridor EV rapide, efficace et pratique est une étape cruciale dans la transition énergétique. »


Siemens fournira l’équipement de l’infrastructure de recharge, le logiciel de contrôle et de surveillance, ainsi que la formation et l’assistance à la mise en service du nouveau réseau. Le système de commande et de contrôle permet une surveillance et un contrôle complets de toutes les unités et constitue la base de la prochaine phase du projet, qui consiste à créer une application permettant aux conducteurs d’accéder et de réserver des chargeurs.


« Nous sommes fiers de soutenir le programme de développement durable aux Émirats arabes unis avec notre solution de recharge pour véhicules électriques », a déclaré Birgit Dargel, vice-présidente des ventes eMobility chez Siemens Smart Infrastructure. « Ce projet aux Émirats arabes unis poursuit la réussite de notre chargeur rapide public Sicharge D. Avec une efficacité maximale de 96 %, il s’agit de l’un des chargeurs CC haute puissance les plus efficaces actuellement disponibles. Sa capacité de communication avec le cloud offre aux opérateurs des informations en temps réel et une flexibilité pour gérer leur réseau de recharge. Son écran tactile intuitif et réglable en hauteur de 24 pouces ainsi que son apparence élégante garantissent une expérience utilisateur exceptionnelle.


Le ministère de l’Énergie et des Infrastructures et Siemens ont signé un protocole d’accord en octobre 2021 pour établir un partenariat à long terme qui contribuera aux objectifs de durabilité et de numérisation du ministère. Outre le transport, les discussions portent sur les technologies de construction intelligente, la gestion de l’énergie des micro-réseaux et de l’industrie et les sous-stations intelligentes en périphérie du réseau. Le corridor national de recharge pour véhicules électriques est le premier projet qui sera réalisé dans le cadre du protocole d’entente.


Pour plus d’informations sur Siemens Smart Infrastructure, voir
www.siemens.com/smartinfrastructure

( Image du communiqué de presse : https://photos.webwire.com/prmedia/6/290357/290357-1.jpg )

WebWireID290357

Ce contenu d’actualité a été configuré par la rédaction de WebWire. La mise en relation est autorisée.

Services de distribution de communiqués de presse et de distribution de communiqués de presse fournis par WebWire.

Siemens : le ministère de l’Énergie et des Infrastructures des Émirats arabes unis sélectionne la technologie Siemens pour alimenter le corridor de recharge des véhicules électriques du pays







Presse

Erlangen (Allemagne), 10 juin 2022

Le ministère de l’Énergie et des Infrastructures des Émirats arabes unis choisit la technologie Siemens pour alimenter le corridor de recharge des véhicules électriques du pays

  • Siemens fournira bornes de recharge ultra-rapides sur les autoroutes reliant les sept émirats
  • Le ministère et Siemens ont signé un protocole d’accord en octobre 2021 pour travailler ensemble sur des initiatives de durabilité et de numérisation dans les secteurs de l’énergie et des infrastructures
  • Le corridor de recharge pour véhicules électriques est le premier projet à être livré dans le cadre du protocole d’entente

Le ministère de l’Énergie et de l’Infrastructure des Émirats arabes unis a sélectionné la technologie Siemens pour un réseau national de chargeurs de véhicules électriques ultra-rapides (VE) qui contribuera à réduire les émissions de carbone, à stimuler l’adoption des VE en s’attaquant à la soi-disant anxiété d’autonomie et à jeter les bases pour un système de transport plus connecté et durable.

Dix chargeurs ultra-rapides Siemens Sicharge D 160 kW seront installés sur les autoroutes de Ras Al Khaimah, Ajman, Umm Al Quwain et Fujairah. Pour répondre aux demandes changeantes du marché, les chargeurs ont une puissance évolutive jusqu’à 300 kW et peuvent être étendus avec des distributeurs externes supplémentaires pour jusqu’à deux câbles de charge supplémentaires. Tous sont des appareils connectés au cloud qui permettent aux opérateurs de surveiller et de gérer les chargeurs à distance.

« Les Émirats arabes unis sont déterminés et travaillent avec confiance pour réduire l’empreinte carbone à l’échelle nationale, en travaillant du côté de la demande, du côté de l’offre et en travaillant sur nos différentes énergies et technologies futures pour réduire notre empreinte carbone », a déclaré Sharif Salim Al Olama, Under- Secrétaire du Ministère de l’Energie et de l’Industrie.

Siemens SA

Werner-von-Siemens-Straße 1

Communication

80333 Munich

Responsable : Lynette Jackson

Allemagne

Numéro de référence : HQSIPR202203116412EN

Page 1/3

« Les véhicules électriques font partie intégrante de cet effort, et fournir ce corridor EV rapide, efficace et pratique est une étape cruciale dans la transition énergétique. »

Siemens fournira l’équipement de l’infrastructure de recharge, le logiciel de contrôle et de surveillance, ainsi que la formation et l’assistance à la mise en service du nouveau réseau. Le système de commande et de contrôle permet une surveillance et un contrôle complets de toutes les unités et constitue la base de la prochaine phase du projet, qui consiste à créer une application permettant aux conducteurs d’accéder et de réserver des chargeurs.

« Nous sommes fiers de soutenir le programme de développement durable aux Émirats arabes unis avec notre solution de recharge pour véhicules électriques », a déclaré Birgit Dargel, vice-présidente des ventes eMobility chez Siemens Smart Infrastructure. « Ce projet aux Émirats arabes unis poursuit la réussite de notre chargeur rapide public Sicharge D. Avec une efficacité maximale de 96 %, il s’agit de l’un des chargeurs CC haute puissance les plus efficaces actuellement disponibles. Sa capacité de communication avec le cloud offre aux opérateurs informations en temps réel et flexibilité pour gérer leur réseau de recharge. Son écran tactile 24″ intuitif et réglable en hauteur ainsi que son apparence élégante garantissent une expérience utilisateur exceptionnelle. »

Le ministère de l’Énergie et des Infrastructures et Siemens ont signé un protocole d’accord en octobre 2021 pour établir un partenariat à long terme qui contribuera aux objectifs de durabilité et de numérisation du ministère. Outre le transport, les discussions portent sur les technologies de construction intelligente, la gestion de l’énergie des micro-réseaux et de l’industrie et les sous-stations intelligentes en périphérie du réseau. Le corridor de recharge national pour véhicules électriques est le premier projet qui sera réalisé dans le cadre du protocole d’entente.

Ce communiqué de presse et une photo de presse sont disponibles sur https://sie.ag/3uMq4Tl

Pour plus d’informations sur Siemens Smart Infrastructure, voir

www.siemens.com/smartinfrastructure

Pour plus d’informations sur Sicharge D, veuillez consulter https://www.siemens.com/SichargeD

Numéro de référence : HQSIPR202203116412EN

Page 2/3

Contact pour les journalistes

Siemens SA

Christian S.Wilson

Téléphone : +49 172 138 5608 ; E-mail: christian_stuart.wilson@siemens.com

Rejoignez notre Siemens Smart Infrastructure – Global Media Community sur LinkedIn : https://www.linkedin.com/groups/8871338/

Suivez-nous sur Twitter à : www.twitter.com/siemens_press

Infrastructure intelligente Siemens (SI) façonne le marché des infrastructures intelligentes et adaptatives d’aujourd’hui et de demain. Il répond aux défis urgents de l’urbanisation et du changement climatique en connectant les systèmes énergétiques, les bâtiments et les industries. SI fournit à ses clients un portefeuille complet de bout en bout à partir d’une source unique – avec des produits, des systèmes, des solutions et des services depuis le point de production d’électricité jusqu’à la consommation. Avec un écosystème de plus en plus digitalisé, elle aide les clients à prospérer et les communautés à progresser tout en contribuant à la protection de la planète. Siemens Smart Infrastructure a son siège mondial à Zoug, en Suisse. Au 30 septembre 2021, l’entreprise comptait environ 70 400 employés dans le monde.

Siemens SA (Berlin et Munich) est une entreprise technologique axée sur l’industrie, les infrastructures, les transports et la santé. Qu’il s’agisse d’usines plus économes en ressources, de chaînes d’approvisionnement résilientes, de bâtiments et de réseaux plus intelligents, de transports plus propres et plus confortables ainsi que de soins de santé de pointe, l’entreprise crée une technologie dans le but d’ajouter une valeur réelle aux clients. En combinant les mondes réel et numérique, Siemens permet à ses clients de transformer leurs industries et leurs marchés, en les aidant à transformer le quotidien de milliards de personnes. Siemens détient également une participation majoritaire dans la société cotée en bourse Siemens Healthineers, un leader mondial des technologies médicales qui façonne l’avenir des soins de santé. En outre, Siemens détient une participation minoritaire dans

Siemens Energy, leader mondial du transport et de la production d’électricité.

Au cours de l’exercice 2021, clos le 30 septembre 2021, le groupe Siemens a généré un chiffre d’affaires de 62,3 milliards d’euros et un résultat net de 6,7 milliards d’euros. Au 30 septembre 2021, l’entreprise comptait environ 303 000 employés dans le monde. De plus amples informations sont disponibles sur Internet à l’adresse www.siemens.com.

Numéro de référence : HQSIPR202203116412EN

Page 3/3

Clause de non-responsabilité

Siemens SA publié ce contenu sur 10 juin 2022 et est seul responsable des informations qui y sont contenues. Distribué par Public, non édité et non modifié, sur 10 juin 2022 09:31:09 UTC.

Publiquemaintenant 2022

Toutes les actualités de SIEMENS AG

Recommandations des analystes sur SIEMENS AG

Ventes 2022 69 063 M
74 158 M
74 158 M
Résultat net 2022 6 951 millions
7 464 millions
7 464 millions
Dette nette 2022 36 464 millions
39 154 M
39 154 M
Ratio PER 2022 14,6x
Rendement 2022 3,44%
Capitalisation 97 118 M
104B
104B
VE / Ventes 2022 1,93x
VE / Ventes 2023 1,79x
Nbre d’employés 303 000
Flottant 88,4%


Durée :

Période :




Tableau d'analyse technique Siemens AG |  MarketScreener

Tendances de l’analyse technique SIEMENS AG

Court terme Moyen terme Long terme
Les tendances Haussier Baissier Neutre



Évolution du compte de résultat

Vendre

Acheter

Consensus moyen ACHETER
Nombre d’analystes 24
Dernier cours de clôture 121,68 €
Prix ​​cible moyen 165,33 €
Spread / Cible moyenne 35,9%


La diversité des entreprises est la force motrice le long du Clements Ferry Corridor

Le corridor Clements Ferry est l’une des zones à la croissance la plus rapide du comté de Berkeley. Au cours de la dernière décennie, Clements Ferry Road est passée d’une route de campagne à l’une des routes les plus fréquentées du comté de Berkeley. À mesure que la population et le logement augmentent, les commerces de détail et commerciaux continuent d’augmenter et de répondre aux besoins à venir de la communauté.

La ville de Charleston a de nouveaux projets dans la région, des développements achevés aux développements en cours. Le conseiller du comté de Berkeley, Josh Whitley, affirme que la région est en plein essor.

« Le corridor Clements Ferry est un corridor incroyablement diversifié d’industries, de communautés d’intérêts historiques et de quartiers de classe mondiale qui connaîtront des intérêts toujours croissants de la part des entreprises commerciales et de vente au détail », a déclaré Whitley.

En novembre 2021, Refuel a ouvert une station-service et un dépanneur au large de Clements Ferry Road. Il est situé sur la propriété Cainhoy Plantation et fait partie du centre commercial Point Hope Commons qui abrite Publix et une variété de magasins de détail allant d’un salon de manucure à un restaurant de style années 50.

Le développement est le principal centre commercial de la zone en pleine croissance et les plans comprennent environ 9 000 maisons unifamiliales et plus de 500 acres de développements commerciaux. Mark Jordan, président et chef de la direction de Refuel, Inc. a ouvert son 170e magasin dans le développement Clements Ferry où environ 30 000 voitures empruntent la route quotidiennement.

« Nous avons décidé de construire à Point Hope pour répondre à l’incroyable croissance de Charleston et, en particulier, le long de Clements Ferry », a déclaré Jordan. «Refuel a commencé ici à Charleston et nous voulons faire partie de quartiers de premier ordre comme Point Hope. Dans les jours à venir, Refuel desservira la flotte croissante de véhicules électriques qui conduiront nos routes. Nous avons construit Point Hope en gardant cela à l’esprit.

Il y a plusieurs semaines, Kevin et Krista Mingo ont ouvert Coach’s Canteen, un restaurant vintage de style années 50 dans le même complexe que Refuel. Le couple et leurs sept enfants ont vécu sur l’île Daniel pendant huit ans tout en « planifiant leur nouvelle aventure ». Les Mingo savaient que la région serait l’endroit idéal pour ouvrir leur restaurant. Coach’s Canteen a une fenêtre sans rendez-vous; les spécialités comprennent les hamburgers, les steaks au fromage, la crème glacée, les beignets et le petit-déjeuner.

Anticipant la croissance démographique en 2020, Val Trabanino a ouvert El Gallo Bar & Grill sur Clements Ferry Road. Le restaurant a ouvert ses portes au milieu de la pandémie, mais le risque a payé. Au fur et à mesure que le nombre de logements augmentait, son entreprise augmentait également.

« 2022 va être une année bénie avec toutes les surprises que nous avons pour nos clients d’El Gallo », a déclaré Trabanino. « Boissons spéciales et Happy Hour du lundi au vendredi, de 16h à 19h, et nous allons avoir de la musique live pour ceux qui aiment le bon goût de la musique. »

L’agent immobilier commercial Buckley Powell voit le potentiel continu de la région. « Il existe et continuera d’exister de grandes opportunités de développement commercial et de centres commerciaux de quartier le long de Clements Ferry Road à mesure que la population augmente. »

PROJETS COMMERCIAUX CLEMENTS FERRY ROAD, 2021-22 ET AU-DELÀ

1. Wando Village PUD : Un développement à usage mixte de 416 unités, accessible à pied, à densité moyenne, avec unifamiliale individuelle, unifamiliale attenante, maisons en rangée et résidence multifamiliale. Statut : Acquis.

2. Charleston Coffee Roasters : Plans de construction d’un bâtiment industriel. Statut : Acquis.

3. Campus SPARC : immeuble de bureaux de l’entreprise technologique. Statut : terminé.

4. Cainhoy Point Hope Commons : Plans de construction de nouveaux immeubles de vente au détail. Statut : En construction.

5. Wambaw DR Horton : Plans de construction d’un bureau et amélioration associée. Statut : examen par le CRT.

6. Clements Crest Commerce Park Phase 2 : Plans de construction pour la phase 2 du Clements Crest Commerce Park et améliorations connexes. Statut : examen par le CRT.

7. Coastal Kids Dental : Point Hope : Cabinet dentaire commercial. Statut : Approuvé.

8. Point Hope Village Retail : espace de vente au détail commercial. Statut : Approuvé.

9. Refuel Point Hope : Station-service avec dépanneur. Statut : examen par le CRT.

10. Point Hope Commercial : Espace commercial, restaurant. Statut : Approuvé.

11-13. Débit du projet : Nouvelle installation commerciale de manutention/stockage de conteneurs. Statut : Approuvé.

14. Projet Eagle : Agrandissement de l’usine de fabrication existante. Statut : examen par le CRT.

15. Daniel Island Self Storage : Installation de self-stockage avec aire de stockage pour camping-cars et bateaux. Statut : examen par le CRT.

16. Usine de la Fondation à Point Hope : Un développement commercial de cinq bâtiments. Statut : examen par le CRT.

17. Woodfield II à Point Hope : Développement à usage mixte avec 224 unités et 34 000 pieds carrés d’espace commercial/de vente au détail. Statut : examen par le CRT.

18. Rainbow Child Care Centre : Centre de garde d’enfants. Statut : Terminé.

Skanska vend les bureaux d’Energy Corridor pour 147 millions de dollars

Skanska USA a vendu un portefeuille de bureaux de 715 385 pieds carrés dans l’ouest de Houston, un autre signe que les investisseurs ont toujours un appétit pour les bureaux à Houston malgré les vents contraires auxquels l’industrie est confrontée.

Skanska USA, la filiale new-yorkaise du géant suédois de la construction, a déclaré mardi avoir vendu West Memorial Place 1 et II à Fuller Realty Investments, basé à Houston. Le portefeuille comprend deux bâtiments de classe A situés au 15375 et au 15377 Memorial Drive dans le corridor énergétique à environ 27 milles à l’ouest du centre-ville de Houston.

La société mère de Skanska USA a déclaré dans un communiqué avoir reçu 147 millions de dollars pour les bâtiments. Stephen Darnall, associé chez Fuller Realty, a déclaré que son entreprise était attirée par l’emplacement et la qualité des bâtiments.

Achevés en 2016, les immeubles de bureaux se trouvent à proximité du célèbre parc Terry Hershey et proposent des restaurants sur place, un centre de remise en forme et un parking connecté. Les bâtiments sont certifiés LEED Platine, un classement hautement coté sur un programme de certification de normes de construction largement utilisé reconnaissant la durabilité.

« Ces actifs de classe A comptent parmi les seuls immeubles de bureaux LEED Platine à locataires multiples au [suburban] Houston [outside of downtown]. C’était une opportunité d’acheter des bâtiments bien en dessous du coût de remplacement avec la location existante en place », a déclaré Darnall.

Dans l’ensemble, le complexe est occupé à environ 64,7% par des baux de locataires majeurs, notamment la division schiste terrestre de BP, BPX Energy, Siemens et la société d’ingénierie et de construction IHI, entre autres. Le district 7 exploite également un restaurant d’environ 5 000 pieds carrés sur place.

La plupart des logements vacants dans les bâtiments sont des espaces vides qui n’ont jamais été occupés, a déclaré Darnall. West Memorial 1, un immeuble de 331 404 pieds carrés, est occupé à 81,5 % tandis que West Memorial II, un immeuble de 384 531 pieds carrés, est occupé à environ 50 %.

La vente intervient alors que Houston est l’un des marchés de bureaux les plus faibles du pays, avec un taux d’inoccupation total atteignant 28%, selon la société immobilière JLL.

Malgré les vents contraires auxquels est actuellement confronté le marché des bureaux, Darnall a déclaré que la tendance à la fuite vers la qualité, dans laquelle les locataires de bureaux se déplacent vers des espaces plus récents et plus agréables, aidera Fuller à louer l’espace au fil du temps.

« Nous comprenons cela [lease up] ne se fera peut-être pas du jour au lendemain, mais nous sentons que nous sommes en bonne position et que nous avons une excellente opportunité », a déclaré Darnall.

Fuller Realty est actif sur le marché des bureaux de banlieue de Houston depuis les années 1990, a-t-il ajouté. La société compte 5,1 millions de pieds carrés dans son portefeuille répartis entre Houston, San Antonio, Fort Worth et College Station.

Fuller s’est représenté dans l’accord avec Skanska. Jeff Hollinden, Kevin McConn et Katherine Miller de Jones Lang LaSalle ont représenté Skanska dans la vente. La vente s’est achevée le 1er février 2022, selon les archives du comté de Harris.

Des subventions de la NASA permettent à l’État du Texas d’explorer l’avenir de la construction sur la Lune et sur Mars – Corridor News

Rapports du personnel

SAN MARCOS – Marchez le long de la plage, près du bord de l’eau, et vous trouverez probablement un coquillage. Dans la structure dure et résistante de ce qui était autrefois l’exosquelette d’un organisme vivant, on pouvait voir la beauté.

Xijun « Jeff » Shi et son équipe de recherche voient l’avenir de la construction de bâtiments sur la Lune et sur Mars.

Plusieurs formes de vie sont capables de produire des minéraux, notamment des crustacés tels que des huîtres, des coraux et des bactéries. « Bien que la production de minéraux de bactéries ait été associée à l’accumulation de minéraux dans les tuyaux (échelles de tuyaux), la recherche vise à fournir un avantage positif de ce processus de biominéralisation », a déclaré Robert McLean, co-conseiller du projet et professeur de biologie TSUS Regents. .

Le projet a développé CaerusCrete – du nom de Caerus, le dieu grec de l’opportunité. Il explore l’idée que les micro-organismes vivants pourraient biominéraliser les matériaux granulaires trouvés sur le site, tels que le régolithe (par exemple la poussière de lune), pour acquérir une résistance suffisante en liant ces matériaux entre eux via leurs sécrétions visqueuses externes.

Shi, McLean et leur équipe d’étudiants de premier cycle du Texas State College of Science and Engineering ont récemment obtenu une subvention de 1 500 $ de la National Aeronautics and Space Administration (NASA) pour concevoir, construire et tester leur idée innovante selon laquelle les micro-organismes peuvent transformer le sol extraterrestre en structures résilientes grâce à la 3D. impression.

L’équipe de l’État du Texas comprend la biologie senior Abigail Finn, le junior en génie civil Rudolfo « Rudy’ Castillo Hernandez », le senior en ingénierie de fabrication James Smetzer et le senior en biologie Daniel Torres. Le financement du projet, intitulé « Matériaux de construction vivants pour la construction lunaire et martienne », provient du projet de recherche et d’éducation de l’université minoritaire de la NASA (MUREP) ? De nouvelles conceptions innovantes pour l’espace ? (MINDS).

Trente-cinq équipes ont participé au concours MUREP, qui vise à impliquer les étudiants des minorités dans la conception et la construction des technologies nécessaires en orbite.

Des équipes du Georgia Gwinnett College, de l’Université technique Navajo, de l’Université de Floride centrale et de l’Université du district de Columbia ont également été sélectionnées pour explorer des idées qui soutiendraient le programme Artemis de la NASA, qui prévoit de renvoyer des humains sur la lune comme moyen de faire des découvertes scientifiques. , des emplois et de l’inspiration pour une nouvelle génération d’explorateurs.

Finn a également reçu une subvention de voyage de 1 250 $ de la NASA pour assister à la réunion de l’American Society for Gravitational and Space Research à Baltimore, Maryland, en novembre. De plus, Hernandez est le récipiendaire de la bourse d’études de l’American Concrete Institute de 2 000 $ 2021.

« À l’avenir, les êtres humains pourraient trouver la Lune ou Mars comme résidence secondaire », dit Shi. «Mais la lune n’a pas de calcaire ou de calcium nécessaire pour fabriquer du ciment portland (traditionnel). « 

L’innovation est nécessaire parce que ni la Lune ni Mars n’ont les ressources naturelles pour fabriquer du béton, et le transporter depuis la Terre serait prohibitif – environ 550 000 $ la livre, dit Shi.

Shi avance déjà sur un autre projet NASA MINDS, Geopolymer for Lunar Construction, co-parrainé par Anthony Torres, professeur agrégé de gestion de l’industrie du béton à l’État du Texas. Un géopolymère est une substance liante inorganique, telle que la céramique, souvent utilisée dans des scénarios à haute température et le confinement de matières dangereuses, telles que les déchets radioactifs.

« Cette année, nous utilisons un mécanisme totalement différent pour lier le régolithe lunaire », a déclaré Shi. « Le géopolymère est synthétisé par l’activation alcaline de matériaux riches en silice et en aluminium. Il présente plusieurs avantages par rapport au béton de ciment Portland conventionnel, tels qu’une résistance mécanique élevée, une résistance élevée aux changements de température et aux rayonnements, et une durabilité améliorée.

L’équipe NASA MINDS de cette année comprend les jeunes ingénieurs en génie civil Damini Gopal et Wyatt Strength. L’étudiant post-doctoral Solomon Debbarma et le candidat à la maîtrise Mehrab Nodehi l’accompagnent.