Q1 : Vous savez, évidemment, il va y avoir, et cela a déjà commencé, un virage clair vers les véhicules électriques. L’industrie doit se préparer, et elle se prépare déjà de bien des façons. Donc, ce changement que vous voyez, qui va se produire, quel est le genre de feuille de route que vous avez dans les cinq prochaines années ?

Réponse :



>L’adoption des véhicules électriques – motivée par la réglementation et la demande des clients – augmente chaque jour

>L’industrie des deux et trois roues passe plus rapidement des véhicules à moteur à combustion interne (ICE) aux véhicules électriques (VE)

> Du point de vue de l’offre, les véhicules électriques ont ouvert un nouveau segment de marché pour les entreprises

>Environ 60 % des membres de l’Association indienne des fabricants de composants automobiles (ACMA) sont prêts à fournir des véhicules électriques. Le reste sera préparé d’ici 2023

> 75 entreprises éligibles au programme d’incitations liées à la production de composants automobiles (PLI) doivent investir 250 crores de roupies chacune en cinq ans pour obtenir l’incitation, et la majeure partie de cet investissement ira à l’approvisionnement des véhicules électriques

>Pour justifier l’investissement, les entreprises de composants automobiles en Inde devront explorer le marché mondial


Q2 Quel est le chiffre approximatif des investissements pour les cinq prochaines années que vous (membres de l’ACMA) envisagez ?

Réponse :

> Les entreprises de composants automobiles devront faire un investissement minimum de Rs 18 600 crore en cinq ans pour construire les technologies futures de l’industrie automobile

>Des opportunités de marché pour les véhicules électriques existent aux États-Unis et en Europe

>La majeure partie de l’investissement sera utilisée pour les véhicules électriques, une partie ira à la technologie de construction qui est actuellement importée


Q3 : Quelle serait, selon vous, la taille du marché indien dans environ 3 à 5 ans ?

Réponse :

> Le secteur indien des composants automobiles est le quatrième au monde et devrait dépasser les 5 millions de dollars

> Les exportations de l’industrie indienne des composants automobiles ont augmenté de 76 % l’année dernière

> L’industrie bénéficierait de la stratégie Chine + 1 et des géants mondiaux de la technologie qui se tournent vers l’Inde pour la production

>Les affaires viendraient en Inde en raison d’une technologie supérieure et non uniquement en raison de la rentabilité


Q4 : Vous devez envisager un marché mondial pour les composants de véhicules électriques. Y a-t-il des domaines où nous avons la force de devenir la plaque tournante des exportations vers le monde ?

Réponse :

> Augmentation des dépenses de R&D dans les technologies autour de la direction, de la transmission, des moteurs, etc.

>Le point d’étranglement des composants automobiles est l’électronique. Cela demande de gros investissements

> Besoin d’une alliance entre l’industrie automobile et l’industrie électronique pour explorer la construction de l’électronique automobile en Inde et réduire la dépendance aux importations


Q5 : L’ACMA essaie-t-elle de faire quelque chose sur ce front ?

Réponse :

>ACMA travaille en collaboration avec IIT Delhi (campus Sonipat) et IIT Bombay sur l’électrification des véhicules

>Travailler avec les entreprises membres pour les aider à évoluer vers l’électrification

>En conversation avec l’industrie électronique pour explorer la localisation de l’électronique en Inde

>Un marché évolutif est essentiel pour investir dans l’auto-électrification et les technologies futures


Q6 : Voyez-vous tout ce mouvement, dans les cinq prochaines années, les composants automobiles se tourneront vers une entreprise mondiale, avec quelque chose comme Bosch venant d’Inde ?

Réponse :

> Vise à construire le prochain Bosch de l’Inde

> Elle a besoin d’investissements continus dans la technologie et les talents, et de travailler à la création de produits prêts pour l’avenir

>Des entreprises comme Bosch réussissent grâce à leurs innovations

>Les dépenses moyennes en R&D de l’industrie des composants automobiles sont de 0,5 %. -Cela doit être supérieur à 3 %

>Les investissements dépendront de l’opportunité qui s’offrira aux entreprises de composants automobiles


Q7 : Beaucoup d’entreprises envisagent également des acquisitions dans l’optique d’acquérir de la R&D qui existe déjà. Il ne s’agit pas seulement de créer une fabrication…

Réponse :

>La télématique, la connectivité, les logiciels, le KPIT, etc. modifient le paysage concurrentiel de l’espace des composants automobiles

>Les entreprises membres de l’ACMA travaillent avec (et souvent incubent) des startups sur les technologies futures.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.