Les dépenses totales de construction ont augmenté en novembre par rapport aux niveaux d’octobre et d’un an plus tôt, car les gains dans les projets résidentiels et non résidentiels privés ont compensé la baisse des dépenses publiques, selon une nouvelle analyse des données sur les dépenses de construction fédérales publiées aujourd’hui par Associated General Contractors of America.

Les dépenses nationales de construction non résidentielle étaient pratiquement inchangées en novembre sur une base mensuelle, selon une analyse Associated Builders and Contractors. Sur une base annualisée désaisonnalisée, les dépenses non résidentielles ont totalisé 820,6 milliards de dollars pour le mois.

En savoir plus sur les perspectives non résidentielles ainsi que sur d’autres perspectives professionnelles ici.

« Les dépenses non résidentielles privées semblent être sur une solide reprise, avec cinq mois consécutifs de croissance, mais les dépenses publiques pour la construction restent erratiques », a déclaré Ken Simonson, économiste en chef chez AGC. « La partie publique n’affichera probablement pas de gains réguliers tant que les fonds de la nouvelle loi sur les infrastructures ne seront pas disponibles et ne se transformeront pas en projets réels. »

Les dépenses de construction en novembre ont totalisé 1,63 billion de dollars à un taux annuel corrigé des variations saisonnières, 0,4% au-dessus du taux d’octobre et 9,3% de plus qu’en novembre 2020. Les dépenses cumulées des 11 premiers mois de 2021 combinées ont augmenté de 7,9% par rapport au total pour janvier-novembre 2020.

Les dépenses de construction privées ont augmenté de 0,6% en novembre par rapport au total d’octobre et de 12,5% par rapport à novembre 2020. En revanche, les dépenses publiques de construction ont baissé de 0,2% pour le mois et de 0,9% en glissement annuel.

Il y a eu des gains dans la construction privée résidentielle et non résidentielle. Les dépenses consacrées aux nouveaux projets résidentiels unifamiliaux et multifamiliaux, ainsi qu’aux ajouts et rénovations aux maisons existantes, ont augmenté de 0,9 % pour le mois et de 16,3 % par rapport à l’année précédente. Les dépenses non résidentielles privées ont légèrement augmenté de 0,1% par rapport à octobre et de 6,7% par rapport à novembre 2020. Le plus grand segment non résidentiel privé, la construction électrique, a augmenté de 0,1% pour le mois et de 7,5% en glissement annuel. Parmi les autres grands segments, la construction commerciale, comprenant des entrepôts, des commerces de détail et des structures agricoles, a baissé de 0,1% en novembre, mais a bondi de 15,1% en glissement annuel. La construction manufacturière a augmenté pour le 11e mois consécutif, de 0,9%, portant le total à 22,4% au-dessus du niveau de l’année précédente.

Les plus grandes catégories publiques ont affiché des résultats mitigés. La construction d’autoroutes et de rues a diminué de 0,8% par rapport à octobre, mais a augmenté de 0,2% par rapport à novembre 2020. La construction d’établissements d’enseignement a augmenté de 0,3% pour le mois mais a diminué de 6,3% en glissement annuel. Les dépenses de transport ont chuté de 0,5% en novembre, mais ont augmenté de 0,7% par rapport au total de l’année précédente.

Analyse des dépenses non résidentielles

Les dépenses ont augmenté sur une base mensuelle dans sept des 16 sous-catégories non résidentielles, les dépenses dans les sous-catégories commerciales et de bureaux étant inchangées. Les dépenses non résidentielles privées ont augmenté de 0,1%, tandis que les dépenses publiques de construction non résidentielle ont diminué de 0,1% en novembre, selon ABC.

« Si aucune nouvelle n’est une bonne nouvelle, alors c’était un bon rapport », a déclaré Anirban Basu, économiste en chef d’ABC, dans un communiqué préparé. « Il y a peu dans les données de novembre 2021 qui ont bouleversé la terre. Il est intéressant de noter, cependant, que la séquence d’augmentations mensuelles significatives des dépenses de construction non résidentielle s’est effectivement terminée en novembre, ce qui suggère fortement que les problèmes de chaîne d’approvisionnement et les pénuries de main-d’œuvre continuent de freiner le rythme de la reprise dans la construction non résidentielle…

« Bien que les données mensuelles ne soient globalement pas discordantes, les chiffres d’une année sur l’autre sont plus remarquables », a déclaré Basu. «Après avoir diminué pendant une grande partie de la pandémie, les dépenses dans le segment des bureaux se sont stabilisées et ont augmenté de 3,3% par rapport à il y a un an. Cela peut toutefois refléter les dépenses de construction de centres de données plus élevées que la construction d’espaces de bureaux traditionnels.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.