Le Palestinien Zeyad Abu Odah a regardé avec un sourire sa maison de quatre étages, détruite lors d’une frappe aérienne israélienne lors des violents combats de mai dernier, se reconstruire lentement dans le camp de réfugiés de Beach à Gaza.

Il fait partie des rares chanceux. Seules 50 des 1 650 maisons détruites au cours d’une guerre de 11 jours entre les militants de Gaza et Israël sont en cours de restauration, ce qui provoque la frustration des Palestiniens face à la lenteur de la reconstruction huit mois après la fin du conflit. « Quand les choses ont commencé à bouger, nous avons commencé à nous sentir mieux. Dans six à sept mois, nous retournerons dans notre maison avec nos enfants et nos familles », a déclaré Abu Odah, 60 ans, alors que les ouvriers du bâtiment mettaient la dernière main au premier étage.

La famille élargie d’Abu Odah, qui compte 50 membres, vit dans quatre maisons séparées depuis le conflit. Les responsables de Gaza estiment qu’il faudra 479 millions de dollars pour reconstruire les maisons et les infrastructures endommagées pendant la guerre. Le Qatar et l’Égypte ont chacun promis 500 millions de dollars pour la reconstruction de la bande de Gaza, qui est dirigée par le groupe militant du Hamas.

Naji Sarhan, vice-ministre du Logement de Gaza, a déclaré que seulement 100 millions de dollars avaient été débloqués jusqu’à présent et qu’avec des fonds qatariens, la reconstruction avait commencé sur 50 des 1 650 maisons détruites. Sarhan a cité les pressions israéliennes, mais n’a pas précisé. « Il est clair que l’occupation israélienne exerce une pression politique et crée des obstacles », a-t-il déclaré à Reuters.

Le COGAT, le bureau de liaison du ministère israélien de la Défense auprès des Palestiniens, n’a pas répondu à une demande de commentaire. Israël, qui contrôle le principal point de passage commercial vers Gaza, a déclaré que la reconstruction serait liée à la conclusion d’un accord pour la remise de deux civils israéliens et des corps de deux soldats israéliens qui seraient détenus par le Hamas.

Mais dans une tentative apparente de réduire les tensions avec le groupe, il a récemment autorisé davantage de matériaux de construction à entrer à Gaza pour reconstruire les maisons détruites ou endommagées pendant la guerre de l’année dernière. MANQUE DE SOUTIEN ARABE

Sarhan a également souligné le manque de soutien arabe et international plus large au processus de reconstruction au-delà du Qatar, de l’Égypte et des Nations Unies. « Le processus de reconstruction est lent et ne répond pas à nos ambitions », a déclaré Sarhan.

Les frappes aériennes israéliennes ont en partie endommagé 59 000 autres maisons pendant le conflit, selon le gouvernement de Gaza dirigé par le Hamas. Certaines maisons en Israël ont été endommagées par des roquettes lancées par le Hamas islamiste et par d’autres groupes militants. L’Office de secours et de travaux des Nations Unies UNRWA, qui vient en aide aux deux tiers des deux millions d’habitants de Gaza, a également aidé à réparer les maisons endommagées des réfugiés.

Le porte-parole du Hamas, Hazem Qassem, a déclaré que le groupe avait fait part à l’Égypte, au Qatar et aux Nations Unies de son mécontentement face au rythme de la reconstruction, l’accusant des restrictions israéliennes. « Continuer à ce rythme signifie la poursuite des souffrances du peuple palestinien et, par conséquent, il ne peut y avoir de véritable calme tant que cela continue ainsi », a déclaré Qassem.

Des bulldozers et des ingénieurs égyptiens ont commencé à travailler dans le nord de la bande de Gaza sur le premier des trois grands projets de logements financés par le Caire. Sarhan a déclaré que les « villes » égyptiennes abriteraient près de 4 000 familles. Il n’y avait pas de délai pour la fin de la construction.

Les villes serviraient les personnes à faible revenu ainsi que les cas difficiles et certains de ceux qui ont perdu leur maison dans le conflit, a-t-il ajouté. Les responsables palestiniens disent que 250 personnes, dont 66 enfants, ont été tuées par les frappes aériennes israéliennes sur Gaza en mai. Des responsables israéliens disent que 13 personnes, dont deux enfants, ont été tuées en Israël par des roquettes palestiniennes. (Écrit par Nidal Almughrabi, édité par Mike Collett-White)

(Cette histoire n’a pas été éditée par le personnel de Devdiscourse et est générée automatiquement à partir d’un flux syndiqué.)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.